S’écouter, se surpasser : la musique chez Ouroboros

Consuelo pour la chronique musique
Photographe Théo Hasler (17.01.2020)

L’Ensemble Ouroboros de Fribourg regroupe des musiciens amateurs et professionnels entre 18 et 35 ans. Unimix rencontre Donia Hasler et Frédéric Zosso pour en savoir plus. Fondatrice, présidente et flûtiste, Donia est assistante diplômée auprès de la Faculté d’Histoire contemporaine Unifr. Frédéric, chef en charge et professeur de saxophone au conservatoire, obtenu le diplôme en direction d’orchestre de la Hochschule der Künste Bern et entamée la carrière internationale, il se distingue sur la scène musicale fribourgeoise. Répétitions à un rythme soutenu, organisation d’événements, crise sanitaire, rien ne peut arrêter ces jeunes animés d’une passion pour les challenges.


UNIMIX : « Donia, quand et comment as-tu eu cette idée et quels étaient tes objectifs au départ ? »

DONIA : « Tout a commencé en 2018. J’avais envie de jouer dans un orchestre amateur, mais il n’y avait pas de place dans ceux déjà existants à Fribourg. J’en ai parlé avec d’autres étudiants qui à l’époque étudiaient la musicologie avec moi. On s’est fixé les objectifs de créer un nouvel ensemble et de faire découvrir un répertoire sortant du mainstream, en profitant de notre approche scientifique au sein d’une commission musicale. »

U : « Quelle est la signification du nom Ouroboros ? Y a-t-il un lien avec la conception à la base de l’orchestre, voire de la musique ? »

D : « Il s’agit de l’ancien dragon qui se mord la queue, symbole du renouvellement continu. Le comité administratif était à la recherche de quelque chose de différent, pas forcément en italien, en français ou un jeu de mode. Ceci est sorti par hasard, mais en discutant on s’est rendu compte qu’il correspond à la représentation d’un ensemble de jeunes. Puis, la musique en soi est l’art dynamique par excellence. »

U : « Combien de saisons avez-vous organisées à ce jour ? »

D : « Jouées trois, planifiées cinq. Le Covid nous a obligés à renvoyer deux productions. En remontant à rebours, les derniers concerts titrés Sueños y Ritmos ont eu lieu en janvier 2020 au Collège Gambach. Le programme comprenait des œuvres de Tomás Bretón, Edward Elgar, Joaquín Turina, Arturo Márquez, et notamment le Concierto de Aranjuez de Joaquín Rodrigo, pour lequel nous avons invité Pierre Meyer en tant que soliste à la guitare. En juin 2019, c’était le tour des compositeurs nordiques, comme Jean Sibelius et Johan Svendsen. En janvier 2019, le concert symphonique s’est axé autour de Gioacchino Rossini. »

U : « Comment soutenez-vous financièrement tous ces projets ? »

D : « On a plusieurs sources : les subventions publiques comme la Loterie Romande ou la Ville de Fribourg, les collectes après les événements, un système de membres-ami.e.s., ou encore les cotisations des musiciens. »

U : « Merci Donia pour cet aperçu à 360 degrés. Or, Frédéric, on te retrouve également sur le podium devant l’harmonie La Cordiale de Neyruz et la brass-band L’avenir de Barberêche-Courtepin. Comment es-tu tombé sur Donia ? Qui a cherché qui ? »

FRÉDÉRIC : « Dans le cadre de mes études à Berne, j’ai beaucoup discuté avec mon ami et mentor Philippe Bach à propos de mon futur de chef. Il ne m’a prospecté que deux options : soit partir à l’étranger, soit créer un orchestre. Puis, un autre collègue du conservatoire m’a dit avoir vu passer un email d’une certaine Donia qui voulait lancer un ensemble nouveau. J’ai sauté sur l’occasion et j’ai pris contact avec elle. Les destins se sont croisés. »

U : « Combien de stress y a-t-il à gérer pendant la préparation d’un concert ? Comment s’entraîne un chef et prépare-t-il son groupe ? »

F : « Avant la session, la plupart du stress se concentre autour de la gestion de l’effectif. Tout comme son nom, cet ensemble est assujetti au renouvellement continu des musiciens amateurs, vu que la majorité d’entre-eux est prise par l’uni. Cependant, il faut s’adapter, puisque les absences peuvent devenir nombreuses et graver sur le résultat collectif. Par contre, les jeux sont faits pendant le concert, donc il n’y a qu’à prendre plaisir. »

U : « Quelles sont les qualités d’un bon chef ? Que préfères-tu de ton métier ? »

F : « Ce qui me parle le plus c’est l’authenticité du chef, comment il est devant son orchestre, comment il essaie de tirer le maximum de chaque interprète autant au niveau musical que proprement humain. Pour moi, l’essentiel est être à l’écoute, transmettre confiance aux musiciens, leur donner envie de se surpasser. Il faut trouver l’énergie de répéter des passages mille fois, soigner les détails, équilibrer les cordes avec les vents, faire sortir chaque voix. Pour un concert comme Sueños y Ritmos, il faut maîtriser l’aspect rythmique de la musique latine, afin que tout le monde joue avec de l’émotion. Quand on parle de musique, on ne peut pas tricher. Les chefs sont confrontés au défi de se remettre toujours en question, mais c’est ça qui rend véritablement unique ce métier. »

U : « Comment êtes-vous en train de faire face à la situation actuelle et à l’avenir qui se profile ? »

F : « On ne se laisse pas abattre. On est en pleine session de musique de chambre pour préparer des enregistrements vidéo à diffuser sur les réseaux sociaux. Pour l’été, on a déjà plusieurs solutions. »

U : « Il ne nous reste donc qu’à vous adresser les meilleurs vœux pour vos projets futurs ! »

Envie de rejoindre l’ensemble ? Prends contact avec Ouroboros !

www.ensemble-ouroboros.ch

info@ensemble-ouroboros.ch

Ecoute l’interview et les extraits musicaux :

Colportage interdit : interview de Daniel Duqué

Le 25 mai dernier, j’ai eu l’occasion d’assister à une projection de presse du dernier long-métrage de Daniel Duqué : Colportage interdit. Ce film m’ayant particulièrement plu, je lui ai consacré une chronique que vous pouvez retrouver sur notre Soundclound.

(suite…)

Neptune Frost : La machine et le fantôme

Si je devais citer une de mes œuvres cinématographiques préférées, Ghost in the shell de Mamoru Oshii en ferait partie et quand je vis que parmi les film de la compétition officielle se trouvait un de ce genre d’origine Rwandaise, je fus tout naturellement curieux et, après le visionnage, quelques peu désenchanter.

(suite…)

Titania, ou les rêveries de l’astronaute solitaire

En janvier dernier, Michaël Gay des Combes se trouvait au Nouveau Monde pour une résidence d’écriture organisée par l’Épître : une pièce vide, une semaine d’isolement, tout le temps du monde pour écrire. De-là est née Titania, création théâtrale jouée et présentée dans la petite pièce qui l’a accueilli durant une semaine. Retour sur ce voyage insolite avec Amélie Gyger.

(suite…)

Mon père est une chanson de variété

Chère belle-maman,

J’ai été fort triste de ne pas t’avoir eue à mes côtés au théâtre Nuithonie pour assister à Mon père est une chanson de variété et j’imagine que ma peine est partagée. Mais ne t’en fais pas, sèche tes larmes car je vais te décrire quelle merveilleuse expérience ce spectacle était.

(suite…)

Alors on danse ?

C’est fini… c’est déjà fini… c’est peut-être fini, c’est May B !

C’est un peu par hasard que je me suis retrouvé le lundi 21 mars à Equilibre pour assister à May B, un spectacle de danse. Je ne m’attendais à rien et la surprise fut grande !

(suite…)

Deux pièces pour le prix d’une ?

A force de déambuler, je me suis à nouveau retrouvé au théâtre ! C’était jeudi 31 mars à Nuithonie pour assister à une double représentation.

Po-Cheng Tsai est un chorégraphe taïwanais qui a remporté de nombreux concours et qui nous a présenté deux de ses pièces : Timeless et RAGE.

(suite…)

FIFF 2022 : Quelle image d’Afghanistan ?

Le voyage dans la Perse Ancienne offert par le 36e Festival International du Film de Fribourg (18.03.2022 – 27.03.2022) passe à travers les histoires de 7 réalisateur.trice.s courageux.ses. Tout au long de la route de la soie, 7 films en dari et pashto – les deux langues officielles d’Afghanistan, parmi les 40 qui existent – peignent un scénario merveilleux. Mais quelle image de ce pays aux facettes multiples souhaite reconstruire le FIFF ? Un tour d’horizon s’impose.

(suite…)