Neptune Frost : La machine et le fantôme

Si je devais citer une de mes œuvres cinématographiques préférées, Ghost in the shell de Mamoru Oshii en ferait partie et quand je vis que parmi les film de la compétition officielle se trouvait un de ce genre d’origine Rwandaise, je fus tout naturellement curieux et, après le visionnage, quelques peu désenchanter.

Avant d’aller dans les aspects négatifs, Néseptune Frost reste une tentative intéressante de mélange des genres esthétiques et qui tente, tant bien que mal, d’exposer un propos critique sur la société moderne avec un point de vue radical mais assumé en plus d’être porté par des acteurs et actrices de bonne qualité. Néanmoins, malgré sa tentative, le film se fourvoie dans son esthétique qu’on peut distinguer en trois points:

Son côté théâtre, expliquant par le texte ce que le film raconte de son histoire, ses émotions et de son sujet, ce qui est pour un objet cinématographique est un défaut puisque l’image se retrouve dépourvu de sens et de forme, se contentant parfois de quelques effets pour faire cybernétique, et faisant de celle-ci un objet froid, sans âme et sans personnalité nouvelle. Ce côté donne au film un aspect inutilement bavard, donnant une allure prétentieuce à l’œuvre qui rend compliqué et pseudo-spirituelle des phrases que l’on pourrait tourner avec une mise en scène plus volontariste, ce qui aurait permis d’éviter de créer des contradictions dans son propre discours.

Un autre problème du film est sa tentative de faire un univers «cyberpunk» ou afro-futuriste avec une allégorie anarcho-queer dont la subtilité est presque inexistante, quand elle n’est pas dite textuellement par une série de dialogue filmée en plan fixe, pour ne pas dire plus, et la pertinence formelle absente. Qu’on me comprenne bien sûr ce point. L’idée d’une allégorie, surtout dans la science-fiction, est d’être intégrée dans une forme qui a sa propre cohérence narrative. À titre d’exemple, le Snowpiercer de Bong Joon-ho fonctionne formellement, car l’allégorie de la lutte des classes car les différents aspects de son esthétique, tel que les wagons, forme une unité formelle cohérente et ne sont pas non plus une quasi-reproduction de la réalité qu’elle représente. Dans Neptune Frost, les éléments allégoriques sont, au mieux, une représentation directe de l’objet symbolisé (mineur esclave comme ouvrier exploité) et au pire des éléments cryptiques lancés en l’air pour être abandonné jusqu’à réapparaître sans avoir gagné en sens. Pour résumer, ma voisine de séance a sorti une phrase d’une grande pertinence, «c’était faussement perché».

L’ultime point, qui rejoint le premier, est sa pauvreté en terme de mise en scène. Peu ou prou de mouvement de caméra innovant, montage et cadrage ayant une simple fonction instrumentale, éclairage tentant de donné un aspect futuriste tout en ayant aucune valeur émotionnelle. Cet aspect est quelque peu étrange dans un film qui promeut la poésie car le film ne dégage aucune émotion, ce qui fait que le spectateur se retrouve distant, éloigné envers l’œuvre et les personnages qui agissent à l’intérieur de celui-ci et devient, par le fait même, moins impliquer et plus critique envers les incohérences de récit et de forme.

De plus, ce manque d’inventivité dans la forme accentue le côté parfois cheap, que ce soit dans les costumes, les décors ou les effets, comme cet oiseau dont on ne montre que la tête avec un arrière-plan flou qui bouge et je jure que je suis persuadé que le volatile est en réalité tenu par une main ou le fait qu’une scène, devant représenter une zone qui fut bombardée soit tournée au même endroit qu’une scène de mine.

En bref, Neptune Frost n’est pas un mauvais film ,mais manque des moyens de son ambition, où, pour être plus clair, n’a pas l’ambition de ces moyens, matérielle comme artistique.

Maxence

Colportage interdit : interview de Daniel Duqué

Le 25 mai dernier, j’ai eu l’occasion d’assister à une projection de presse du dernier long-métrage de Daniel Duqué : Colportage interdit. Ce film m’ayant particulièrement plu, je lui ai consacré une chronique que vous pouvez retrouver sur notre Soundclound.

(suite…)

Neptune Frost : La machine et le fantôme

Si je devais citer une de mes œuvres cinématographiques préférées, Ghost in the shell de Mamoru Oshii en ferait partie et quand je vis que parmi les film de la compétition officielle se trouvait un de ce genre d’origine Rwandaise, je fus tout naturellement curieux et, après le visionnage, quelques peu désenchanter.

(suite…)

Titania, ou les rêveries de l’astronaute solitaire

En janvier dernier, Michaël Gay des Combes se trouvait au Nouveau Monde pour une résidence d’écriture organisée par l’Épître : une pièce vide, une semaine d’isolement, tout le temps du monde pour écrire. De-là est née Titania, création théâtrale jouée et présentée dans la petite pièce qui l’a accueilli durant une semaine. Retour sur ce voyage insolite avec Amélie Gyger.

(suite…)

Mon père est une chanson de variété

Chère belle-maman,

J’ai été fort triste de ne pas t’avoir eue à mes côtés au théâtre Nuithonie pour assister à Mon père est une chanson de variété et j’imagine que ma peine est partagée. Mais ne t’en fais pas, sèche tes larmes car je vais te décrire quelle merveilleuse expérience ce spectacle était.

(suite…)

Alors on danse ?

C’est fini… c’est déjà fini… c’est peut-être fini, c’est May B !

C’est un peu par hasard que je me suis retrouvé le lundi 21 mars à Equilibre pour assister à May B, un spectacle de danse. Je ne m’attendais à rien et la surprise fut grande !

(suite…)

Deux pièces pour le prix d’une ?

A force de déambuler, je me suis à nouveau retrouvé au théâtre ! C’était jeudi 31 mars à Nuithonie pour assister à une double représentation.

Po-Cheng Tsai est un chorégraphe taïwanais qui a remporté de nombreux concours et qui nous a présenté deux de ses pièces : Timeless et RAGE.

(suite…)

FIFF 2022 : Quelle image d’Afghanistan ?

Le voyage dans la Perse Ancienne offert par le 36e Festival International du Film de Fribourg (18.03.2022 – 27.03.2022) passe à travers les histoires de 7 réalisateur.trice.s courageux.ses. Tout au long de la route de la soie, 7 films en dari et pashto – les deux langues officielles d’Afghanistan, parmi les 40 qui existent – peignent un scénario merveilleux. Mais quelle image de ce pays aux facettes multiples souhaite reconstruire le FIFF ? Un tour d’horizon s’impose.

(suite…)