Etu’Sound ne baisse pas les bras – et nous amène en coulisses

Festival Etu’Sound 2017. Photo par Kevin Piccand.

Si vous aussi, les stands de nourriture en barquette, de bière, les verres consignés, le bruit des foules et de soundcheck avant un concert vous manquent, vous n’êtes de loin pas les seul-e-s à souhaiter pouvoir redevenir festivalier-ère dès que les conditions le permettront et que les festivals feront à nouveau partie de notre vie.

Pour combler notre nostalgie commune, j’ai décidé d’aller à l’encontre de Magdalena, l’ancienne présidente et maintenant vice présidente du festival Etusound, qui anime le campus chaque automne depuis 2005. Je souhaitais parler avec elle de divers sujets concernant ce week-end automnal– notamment de choses qu’on connaît un peu moins en tant que festivalière – l’organisation d’un festival.

La première question pour toi, Magda: A quel point c’était un choix difficile d’annuler l’édition 2020 ?
C’était très difficile et ça nous a pris beaucoup de courage et de temps pour le faire. On a attendu le dernier moment pour vraiment décider définitivement. On avait encore l’espoir pendant l’été qu’une forme de festival serait possible, mais avec l’augmentation des cas covid et des mesures de plus en plus restrictives ce n’était plus envisageable et pas responsable.

Pour toutes les personnes qui rêvent de créer leur propre festival à la fin de cette pandémie : quelles sont les 1es étapes à entreprendre ?
Alors pour créer un festival, je pense qu’il faut avant tout avoir une bonne idée, un concept qui peut plaire à assez de monde, quelque chose d’innovant, qui n’existe pas encore. Ensuite, je pense que c’est essentiel d’avoir une équipe de personnes motivées à s’engager. Et, malheureusement, une base de financement est indispensable pour se lancer dans l’organisation d’un festival.

Quelles sont les plus grandes difficultés de l’organisation festivalière ? L’obstacle premier, c’est le financement alors?
Oui, je pense qu’une des plus grandes difficultés de l’organisation festivalière est d’un côté l’aspect financier. Ça devient de plus en plus difficile de trouver des sponsors. D’un autre côté, le fait d’avoir un comité entièrement bénévole, comme c’est le cas pour l’Etu’Sound Festival, peut aussi rendre l’organisation un plus compliquée. Les personnes ne sont pas toujours disponibles, ont d’autres priorités comme les études et le travail, chaque année des personnes arrêtent
et des nouvelles commencent… Cela a biensur des avantages aussi, mais je pense qu’une difficulté est donc d’avoir une continuité et un suivi de l’organisation. Il faut faire attention à ce que le savoir ne se perde pas d’une année à l’autre.
Ensuite, s’il s’agit d’un festival plein air comme l’EtuSound Festival, le temps peut devenir un grand problème aussi. Il suffit qu’au soir du festival il pleuve, l’évènement entraine des pertes et les efforts pendant l’année sont gaspillés.

Un festival, quelle que soit sa taille, engendre des dépenses considérables. Quelle est une dépense qu’un festival a, à laquelle on ne penserait pas en premier lieu ?

Cela fait 15 ans que le festival existe, il n’y a plus vraiment de dépenses qui apparaissent de nulle part. Si je dois dire une dépense à laquelle on ne pense peut-être pas forcément, je dirais les frais de la part de SUISA. SUISA est la coopérative des auteurs et éditeurs de musique. La facture peut arriver bien après le festival, et à laquelle il faut prévoir un peu d’argent de côté. Mais on s’y attend maintenant, si c’est à la première édition d’un festival qu’il faut surtout faire attention et prévoir les taxes de la SUISA dans le budget.

N’a-t-on pas peur qu’on n’arrive pas à couvrir un tel budget ? Quelles sont les démarches à entreprendre pour s’assurer qu’on puisse garder un festival – surtout gratuit comme Etu’Sound– à flot ?

Biensur qu’on a peur que les entrées d’argent ne couvrent pas les frais
engendrés. Je pense que tout organisateur a cette peur…
Pour s’assurer qu’on puisse garder un festival au niveau financier, il faut d’un côté avoir des sponsors qui soutiennent l’association, idéalement avec un contrat sur plusieurs années.
D’un autre côté, il faut aussi s’assurer que l’offre corresponde à la demande. Il faut donc adapter constamment le concept à la clientèle, essayer d’avoir une clientèle fidèle qui revient chaque année. Car finalement, ce sont les festivaliers et les festivalières qui rapportent la plus grande partie des bénéfices.

Quel est un portrait typique d’un-e-artiste qui vient se produire à Etu’Sound ?

Ca dépend toujours de l’équipe qui est responsable pour la programmation. C’est au final elle qui propose les artistes au comité. Mais en général, c’est un artiste local avec une musique accessible pour un grand nombre de personnes.

Qu’est-ce qu’un groupe/artiste peut faire, s’il nous écoute et s’il souhaite participer à la prochaine édition, par exemple ?

Si un artiste devrait être motivé à se produire à l’Etu’Sound Festival, il peut contacter notre équipe de booking par mail (booking@etusound.ch) ou nous contacter sur facebook ou instagram.

Avant de terminer, est-ce que tu pourrais nous raconter une de tes plus belles anecdotes des coulisses du festival ?

Il y en a tant !
Mais je pense que le plus beau souvenir pour moi était au festival 2019. Pendant la soirée, à un moment donné tout le comité est monté sur le toit de l’école d’ingénierie pour regarder d’en haut la grande scène du festival. C’était émouvant de se donner ces quelques instants de repos pour savourer la vue, voir les fruits de nos efforts, voir que c’était un grand succès et surtout d’y être tous ensemble, le comité réuni.

Pour conclure, qu’est-ce qu’on peut attendre du festival en 2021 ?
C’est encore difficile à dire… Ce sera surement un Etu’Sound Festival sous une autre forme que ces dernières années, mais on reste très optimiste de pouvoir faire quelque chose ! Réservez déjà le 1er octobre en tout cas !





Colportage interdit : interview de Daniel Duqué

Le 25 mai dernier, j’ai eu l’occasion d’assister à une projection de presse du dernier long-métrage de Daniel Duqué : Colportage interdit. Ce film m’ayant particulièrement plu, je lui ai consacré une chronique que vous pouvez retrouver sur notre Soundclound.

(suite…)

Neptune Frost : La machine et le fantôme

Si je devais citer une de mes œuvres cinématographiques préférées, Ghost in the shell de Mamoru Oshii en ferait partie et quand je vis que parmi les film de la compétition officielle se trouvait un de ce genre d’origine Rwandaise, je fus tout naturellement curieux et, après le visionnage, quelques peu désenchanter.

(suite…)

Titania, ou les rêveries de l’astronaute solitaire

En janvier dernier, Michaël Gay des Combes se trouvait au Nouveau Monde pour une résidence d’écriture organisée par l’Épître : une pièce vide, une semaine d’isolement, tout le temps du monde pour écrire. De-là est née Titania, création théâtrale jouée et présentée dans la petite pièce qui l’a accueilli durant une semaine. Retour sur ce voyage insolite avec Amélie Gyger.

(suite…)

Mon père est une chanson de variété

Chère belle-maman,

J’ai été fort triste de ne pas t’avoir eue à mes côtés au théâtre Nuithonie pour assister à Mon père est une chanson de variété et j’imagine que ma peine est partagée. Mais ne t’en fais pas, sèche tes larmes car je vais te décrire quelle merveilleuse expérience ce spectacle était.

(suite…)

Alors on danse ?

C’est fini… c’est déjà fini… c’est peut-être fini, c’est May B !

C’est un peu par hasard que je me suis retrouvé le lundi 21 mars à Equilibre pour assister à May B, un spectacle de danse. Je ne m’attendais à rien et la surprise fut grande !

(suite…)

Deux pièces pour le prix d’une ?

A force de déambuler, je me suis à nouveau retrouvé au théâtre ! C’était jeudi 31 mars à Nuithonie pour assister à une double représentation.

Po-Cheng Tsai est un chorégraphe taïwanais qui a remporté de nombreux concours et qui nous a présenté deux de ses pièces : Timeless et RAGE.

(suite…)

FIFF 2022 : Quelle image d’Afghanistan ?

Le voyage dans la Perse Ancienne offert par le 36e Festival International du Film de Fribourg (18.03.2022 – 27.03.2022) passe à travers les histoires de 7 réalisateur.trice.s courageux.ses. Tout au long de la route de la soie, 7 films en dari et pashto – les deux langues officielles d’Afghanistan, parmi les 40 qui existent – peignent un scénario merveilleux. Mais quelle image de ce pays aux facettes multiples souhaite reconstruire le FIFF ? Un tour d’horizon s’impose.

(suite…)