Laïka, le chien de l’espace : retour sur la représentation

L’opéra pour enfant Laïka, le chien de l’espace s’est dévoilé au public le samedi 16 novembre à la salle de spectacle Équilibre, et beaucoup de familles étaient au rendez-vous. La représentation dépeint l’histoire de Laïka, une chienne soviétique recueillie dans les rues de Moscou et adoptée par le gouvernement russe dans le but de l’envoyer dans l’espace.

Une performance théâtrale de la Compagnie Pièces Jointes et une performance musicale du Nouvel Opéra Fribourg ont transformé l’opéra en une histoire merveilleuse faisant appel aux sens de la vue et de l’ouïe.

Les rideaux se lèvent et c’est avec plaisir que nous découvrons la petite chienne, une marionnette, et son marionnettiste (Yves Adam). Saluons ce dernier qui a réussi avec brio à animer sa marionnette, ce qui, ajouté aux détails réalistes de cette dernière, a su donner vie à Laïka.
Il faut également mentionner la touche humoristique et ludique qu’a arborée le spectacle tout du long, malgré le sérieux de la thématique. Par exemple, lorsque les scientifiques russes procèdent à la phase de test sur Laïka ou lorsqu’on nous présente le système solaire et ses huit planètes en lumière. Sans oublier le côté interactif, avec l’intervention occasionnelle des musiciens de l’orchestre.

Une atmosphère bon enfant était au rendez-vous, notamment à travers le décor ingénieux. Une structure en carton dressée en guise d’écran permettait d’y projeter les différentes animations du spectacle : une maison vue de l’extérieure, l’intérieur d’un train ou encore le décollage d’une fusée ont participé à créer un univers pour le spectateur.

Adapté aux enfants comme aux adultes, cet opéra mis en scène par Anne Schwaller retrace le déroulement tragique de Laïka en lui rendant un émouvant hommage. La petite chienne reste aujourd’hui encore un symbole représenté dans les arts et dans la mémoire collective. Une statue de Laïka peut être vue dans les rues de Moscou, précisément là où elle a été originellement trouvée.

Marion Crevoiserat

Crédits photo: ©Magali Dougados pour Équilibre-Nuithonie

Colportage interdit : interview de Daniel Duqué

Le 25 mai dernier, j’ai eu l’occasion d’assister à une projection de presse du dernier long-métrage de Daniel Duqué : Colportage interdit. Ce film m’ayant particulièrement plu, je lui ai consacré une chronique que vous pouvez retrouver sur notre Soundclound.

(suite…)

Neptune Frost : La machine et le fantôme

Si je devais citer une de mes œuvres cinématographiques préférées, Ghost in the shell de Mamoru Oshii en ferait partie et quand je vis que parmi les film de la compétition officielle se trouvait un de ce genre d’origine Rwandaise, je fus tout naturellement curieux et, après le visionnage, quelques peu désenchanter.

(suite…)

Titania, ou les rêveries de l’astronaute solitaire

En janvier dernier, Michaël Gay des Combes se trouvait au Nouveau Monde pour une résidence d’écriture organisée par l’Épître : une pièce vide, une semaine d’isolement, tout le temps du monde pour écrire. De-là est née Titania, création théâtrale jouée et présentée dans la petite pièce qui l’a accueilli durant une semaine. Retour sur ce voyage insolite avec Amélie Gyger.

(suite…)

Mon père est une chanson de variété

Chère belle-maman,

J’ai été fort triste de ne pas t’avoir eue à mes côtés au théâtre Nuithonie pour assister à Mon père est une chanson de variété et j’imagine que ma peine est partagée. Mais ne t’en fais pas, sèche tes larmes car je vais te décrire quelle merveilleuse expérience ce spectacle était.

(suite…)

Alors on danse ?

C’est fini… c’est déjà fini… c’est peut-être fini, c’est May B !

C’est un peu par hasard que je me suis retrouvé le lundi 21 mars à Equilibre pour assister à May B, un spectacle de danse. Je ne m’attendais à rien et la surprise fut grande !

(suite…)

Deux pièces pour le prix d’une ?

A force de déambuler, je me suis à nouveau retrouvé au théâtre ! C’était jeudi 31 mars à Nuithonie pour assister à une double représentation.

Po-Cheng Tsai est un chorégraphe taïwanais qui a remporté de nombreux concours et qui nous a présenté deux de ses pièces : Timeless et RAGE.

(suite…)

FIFF 2022 : Quelle image d’Afghanistan ?

Le voyage dans la Perse Ancienne offert par le 36e Festival International du Film de Fribourg (18.03.2022 – 27.03.2022) passe à travers les histoires de 7 réalisateur.trice.s courageux.ses. Tout au long de la route de la soie, 7 films en dari et pashto – les deux langues officielles d’Afghanistan, parmi les 40 qui existent – peignent un scénario merveilleux. Mais quelle image de ce pays aux facettes multiples souhaite reconstruire le FIFF ? Un tour d’horizon s’impose.

(suite…)