La Fausse Suivante, ou le Fourbe puni

La Fausse Suivante est une pièce écrite par Marivaux qui va bientôt fêter ses 300 ans. Mais présentée par le Théâtre de Carouge, elle n’a pas pris une ride !


La pièce, comme tant d’autres choses, a été stoppée net dans son envol lors du premier confinement, mais qu’à cela ne tienne, la troupe du Théâtre de Carouge nous la propose à nouveau cette année du 22 février au 6 mars. C’est durant la tournée en Suisse romande que, le 11 février 2022, j’ai pu assister à une représentation donnée au théâtre de l’Equilibre.


C’est une comédie où Marivaux explore le badinage, la cupidité, les manigances, les fourberies et les illusions sentimentales. Lélio signe une promesse de mariage avec une comtesse, mais lorsqu’une meilleure opportunité se présente à lui, il va tenter de rompre avec l’aide de son nouvel ami le chevalier… Mal lui en prendra.


Bien qu’il faille un petit temps d’adaptation au texte, on s’y habitue vite et les rires émergent peu à peu face à des situations qui sont cocasses à toutes époques. Le décor est intelligemment minimal et contemporain et pourtant il arrive à nous émerveiller. Une des scènes marquantes étant Arlequin, le valet de Lélio, représenté dehors sous la neige alors même que la pièce se déroule en intérieur dehors sous la neige alors même qu’on est à l’intérieur !


Il va sans dire que les comédiens savent présenter leurs personnages et le texte sous leur meilleur jour, et cela nous procure beaucoup de plaisir, il n’y a pas un moment où l’on s’ennuie !


C’est extraordinaire qu’une si vielle pièce soit encore jouée, mais ça l’est encore plus qu’elle soit si vivante et actuelle grâce au travail de toute cette troupe. Grâce à eux, oui, le théâtre fait encore rêver !

Ryan Rätzer

Colportage interdit : interview de Daniel Duqué

Le 25 mai dernier, j’ai eu l’occasion d’assister à une projection de presse du dernier long-métrage de Daniel Duqué : Colportage interdit. Ce film m’ayant particulièrement plu, je lui ai consacré une chronique que vous pouvez retrouver sur notre Soundclound.

(suite…)

Neptune Frost : La machine et le fantôme

Si je devais citer une de mes œuvres cinématographiques préférées, Ghost in the shell de Mamoru Oshii en ferait partie et quand je vis que parmi les film de la compétition officielle se trouvait un de ce genre d’origine Rwandaise, je fus tout naturellement curieux et, après le visionnage, quelques peu désenchanter.

(suite…)

Titania, ou les rêveries de l’astronaute solitaire

En janvier dernier, Michaël Gay des Combes se trouvait au Nouveau Monde pour une résidence d’écriture organisée par l’Épître : une pièce vide, une semaine d’isolement, tout le temps du monde pour écrire. De-là est née Titania, création théâtrale jouée et présentée dans la petite pièce qui l’a accueilli durant une semaine. Retour sur ce voyage insolite avec Amélie Gyger.

(suite…)

Mon père est une chanson de variété

Chère belle-maman,

J’ai été fort triste de ne pas t’avoir eue à mes côtés au théâtre Nuithonie pour assister à Mon père est une chanson de variété et j’imagine que ma peine est partagée. Mais ne t’en fais pas, sèche tes larmes car je vais te décrire quelle merveilleuse expérience ce spectacle était.

(suite…)

Alors on danse ?

C’est fini… c’est déjà fini… c’est peut-être fini, c’est May B !

C’est un peu par hasard que je me suis retrouvé le lundi 21 mars à Equilibre pour assister à May B, un spectacle de danse. Je ne m’attendais à rien et la surprise fut grande !

(suite…)

Deux pièces pour le prix d’une ?

A force de déambuler, je me suis à nouveau retrouvé au théâtre ! C’était jeudi 31 mars à Nuithonie pour assister à une double représentation.

Po-Cheng Tsai est un chorégraphe taïwanais qui a remporté de nombreux concours et qui nous a présenté deux de ses pièces : Timeless et RAGE.

(suite…)

FIFF 2022 : Quelle image d’Afghanistan ?

Le voyage dans la Perse Ancienne offert par le 36e Festival International du Film de Fribourg (18.03.2022 – 27.03.2022) passe à travers les histoires de 7 réalisateur.trice.s courageux.ses. Tout au long de la route de la soie, 7 films en dari et pashto – les deux langues officielles d’Afghanistan, parmi les 40 qui existent – peignent un scénario merveilleux. Mais quelle image de ce pays aux facettes multiples souhaite reconstruire le FIFF ? Un tour d’horizon s’impose.

(suite…)