FriScènes: Tom à la ferme

La compagnie Nacéo clôturait vendredi soir le programme des pièces amateurs en compétition. Un texte de Michel Marc Bouchard mis en scène par Olivier Sanquer, Tom à la ferme raconte l’histoire de Tom qui se rend à la ferme de la famille de son amoureux qui vient de mourir. Si Francis, le frère de ce dernier, est parfaitement au courant de la relation du défunt avec Tom, la mère, Agathe, n’en a pas la moindre idée: pour elle, son fils était en couple avec une certaine Hélène, et Tom est un « camarade ». Francis intime violemment l’ordre à Tom de ne rien dire à sa mère, pour ne pas la faire souffrir. Un monde de faux semblants et de vérités campagnardes s’ouvre alors.

Tom à la ferme est un texte puissant, lourd à porter avec son histoire forte et ses personnages christiques. Un choix audacieux pour une troupe amateur. Trop audacieux?

C’est en tout cas la première inquiétude qui vient à la vue de la scénographie – la table qui attend dans ton garage que vienne la saison des grillades et les chaises de ton cours de solfège. Heureusement la crainte n’est que passagère, la magie de la lumière fait son œuvre, avec des tableaux inspirés qui ne sont pas sans effets. Globalement la mise en scène est efficace. Elle ne s’encombre pas d’accessoires inutiles, permet la fluidité des passages de scènes, comme lorsque la table et sa nappe deviennent successivement le lit et son drap, puis l’autel et la statue de l’église.

Mais venons en au cœur du jeu, celui des comédien.ne.s. Là, le sentiment est partagé: parfois tout s’aligne et la performance nous saisit, parfois l’équilibre est plus précaire et on s’écarte du fil. Il faut dire qu’ils n’étaient pas aidés par une bande-son bien souvent trop forte, les rendons inaudibles. Passons. Toutes et tous ont eu leur moment d’extrême justesse, et le public ne s’y trompe pas en réagissant spontanément. Mais toutes et tous ont eu leurs petits pas de côté, manquant certaines occasions de nous piquer. Néanmoins, outre le bémol de pinailleur qui en voulait juste un peu plus, ils ont réussi tous ensemble à nous raconter cette histoire au combien difficile, à tout nous faire parvenir, et c’est une performance qu’il s’agit de souligner et de saluer.

Sylvain Grangier

Crédit photo: Chloé Wilhelm pour FriScènes

Colportage interdit : interview de Daniel Duqué

Le 25 mai dernier, j’ai eu l’occasion d’assister à une projection de presse du dernier long-métrage de Daniel Duqué : Colportage interdit. Ce film m’ayant particulièrement plu, je lui ai consacré une chronique que vous pouvez retrouver sur notre Soundclound.

(suite…)

Neptune Frost : La machine et le fantôme

Si je devais citer une de mes œuvres cinématographiques préférées, Ghost in the shell de Mamoru Oshii en ferait partie et quand je vis que parmi les film de la compétition officielle se trouvait un de ce genre d’origine Rwandaise, je fus tout naturellement curieux et, après le visionnage, quelques peu désenchanter.

(suite…)

Titania, ou les rêveries de l’astronaute solitaire

En janvier dernier, Michaël Gay des Combes se trouvait au Nouveau Monde pour une résidence d’écriture organisée par l’Épître : une pièce vide, une semaine d’isolement, tout le temps du monde pour écrire. De-là est née Titania, création théâtrale jouée et présentée dans la petite pièce qui l’a accueilli durant une semaine. Retour sur ce voyage insolite avec Amélie Gyger.

(suite…)

Mon père est une chanson de variété

Chère belle-maman,

J’ai été fort triste de ne pas t’avoir eue à mes côtés au théâtre Nuithonie pour assister à Mon père est une chanson de variété et j’imagine que ma peine est partagée. Mais ne t’en fais pas, sèche tes larmes car je vais te décrire quelle merveilleuse expérience ce spectacle était.

(suite…)

Alors on danse ?

C’est fini… c’est déjà fini… c’est peut-être fini, c’est May B !

C’est un peu par hasard que je me suis retrouvé le lundi 21 mars à Equilibre pour assister à May B, un spectacle de danse. Je ne m’attendais à rien et la surprise fut grande !

(suite…)

Deux pièces pour le prix d’une ?

A force de déambuler, je me suis à nouveau retrouvé au théâtre ! C’était jeudi 31 mars à Nuithonie pour assister à une double représentation.

Po-Cheng Tsai est un chorégraphe taïwanais qui a remporté de nombreux concours et qui nous a présenté deux de ses pièces : Timeless et RAGE.

(suite…)

FIFF 2022 : Quelle image d’Afghanistan ?

Le voyage dans la Perse Ancienne offert par le 36e Festival International du Film de Fribourg (18.03.2022 – 27.03.2022) passe à travers les histoires de 7 réalisateur.trice.s courageux.ses. Tout au long de la route de la soie, 7 films en dari et pashto – les deux langues officielles d’Afghanistan, parmi les 40 qui existent – peignent un scénario merveilleux. Mais quelle image de ce pays aux facettes multiples souhaite reconstruire le FIFF ? Un tour d’horizon s’impose.

(suite…)