FriScènes 2021 – Madame rêve d’atomiseurs

Il était une fois … une fin ! Habituée du festival, la compagnie jurassienne Vol de Nuit est revenue à FriScènes avec un spectacle d’improvisation haut en couleur. Clem Chuat a assisté pour vous à une chasse au ptérodactyle loufoque racontée à rebours et sortie tout droit de l’imagination débordante des comédiens.

De gauche à droite, Madame Blanche (Sophie Studer), Monsieur Auguste (Marinel Mittempergher), et la Truite (Nicolas Steullet) (crédit photos : Andreas Eggler).

Asseyez-vous confortablement dans vos fauteuils, la compagnie Vol de Nuit est prête pour vous embarquer dans une aventure rocambolesque ! Cette équipe ne se contente pas de présenter une pièce aux spectateurs, mais bien de les faire vivre et participer, avec une création en totale improvisation. Enfin, à quatre détails près, qui restent inchangés à chaque nouvelle prestation : Madame Blanche la professeure (interprétée par Sophie Studer, prix d’interprétation), Monsieur Auguste l’élève dissipé (Marinel Mittempergher), la Truite (Nicolas Steullet) qui fait l’intermédiaire entre le public et les deux protagonistes, et un minuteur de 45 minutes. Ceci est le seul cadre auquel les acteurs s’astreignent avant de se lancer sur scène.

En parlant de la scène, elle est composée d’un cercle central blanc accompagné sur deux côtés d’une penderie et d’un bureau sur lesquels sont posés une grande quantité d’accessoires. Les deux bureaux permettent aux spectateurs d’entrer directement dans le cadre scolaire, mais au fur et à mesure de la pièce, ce décor vole en éclat pour suivre les aventures des acteurs.

Monsieur Auguste repère sur l’horizon une étrange créature …

Cette ambiance est embellie par la présence d’un ingénieur-son et d’une ingénieure-lumière qui se mettent au service de l’intrigue et qui doivent suivre les acteurs dans leurs improvisations farfelues. Ces deux ingénieur·e·s font partie intégrante de l’équipe et ils se plient à la moindre demande des acteurs. Les cinq personnes présentes sur scène créent ainsi ensemble une œuvre unique.

Car chaque représentation est différente. Pour Friscènes, ils sont arrivés avec un concept : commencer par la dernière scène. De là, ils demandent au public des contraintes et des points de départ. Et c’est ainsi que d’une leçon de paddle cruciale pour la note finale de Monsieur Auguste, lui et Madame Blanche partent à la chasse au ptérodactyle sous la houlette de la Truite, qui parsème leurs pérégrinations d’embûches extravagantes avec la complicité du public, pour aboutir à un final – ou plutôt un commencement – comiquement dramatique !

Tantôt maître du jeu, tantôt acteur, les facéties de la Truite planent sur le destin de ses deux acolytes.

Pour ce qui est de l’improvisation, les acteurs s’en donnent à bon cœur. Ils virevoltent sur scène afin de trouver des accessoires qui leur permettent de se déguiser au mieux selon leurs besoins. Et ils n’hésitent pas à faire monter sur scène certains spectateurs si cela peut leur servir.

Si vous désirez les voir s’embarquer dans une nouvelle aventure, ils seront sur la scène du forum St-Georges à Delémont le samedi 11 décembre 2021 à 20h et le dimanche 12 décembre à 17h. Qui sait, peut-être chasseront-ils alors des licornes ?

Clem Chuat

Colportage interdit : interview de Daniel Duqué

Le 25 mai dernier, j’ai eu l’occasion d’assister à une projection de presse du dernier long-métrage de Daniel Duqué : Colportage interdit. Ce film m’ayant particulièrement plu, je lui ai consacré une chronique que vous pouvez retrouver sur notre Soundclound.

(suite…)

Neptune Frost : La machine et le fantôme

Si je devais citer une de mes œuvres cinématographiques préférées, Ghost in the shell de Mamoru Oshii en ferait partie et quand je vis que parmi les film de la compétition officielle se trouvait un de ce genre d’origine Rwandaise, je fus tout naturellement curieux et, après le visionnage, quelques peu désenchanter.

(suite…)

Titania, ou les rêveries de l’astronaute solitaire

En janvier dernier, Michaël Gay des Combes se trouvait au Nouveau Monde pour une résidence d’écriture organisée par l’Épître : une pièce vide, une semaine d’isolement, tout le temps du monde pour écrire. De-là est née Titania, création théâtrale jouée et présentée dans la petite pièce qui l’a accueilli durant une semaine. Retour sur ce voyage insolite avec Amélie Gyger.

(suite…)

Mon père est une chanson de variété

Chère belle-maman,

J’ai été fort triste de ne pas t’avoir eue à mes côtés au théâtre Nuithonie pour assister à Mon père est une chanson de variété et j’imagine que ma peine est partagée. Mais ne t’en fais pas, sèche tes larmes car je vais te décrire quelle merveilleuse expérience ce spectacle était.

(suite…)

Alors on danse ?

C’est fini… c’est déjà fini… c’est peut-être fini, c’est May B !

C’est un peu par hasard que je me suis retrouvé le lundi 21 mars à Equilibre pour assister à May B, un spectacle de danse. Je ne m’attendais à rien et la surprise fut grande !

(suite…)

Deux pièces pour le prix d’une ?

A force de déambuler, je me suis à nouveau retrouvé au théâtre ! C’était jeudi 31 mars à Nuithonie pour assister à une double représentation.

Po-Cheng Tsai est un chorégraphe taïwanais qui a remporté de nombreux concours et qui nous a présenté deux de ses pièces : Timeless et RAGE.

(suite…)

FIFF 2022 : Quelle image d’Afghanistan ?

Le voyage dans la Perse Ancienne offert par le 36e Festival International du Film de Fribourg (18.03.2022 – 27.03.2022) passe à travers les histoires de 7 réalisateur.trice.s courageux.ses. Tout au long de la route de la soie, 7 films en dari et pashto – les deux langues officielles d’Afghanistan, parmi les 40 qui existent – peignent un scénario merveilleux. Mais quelle image de ce pays aux facettes multiples souhaite reconstruire le FIFF ? Un tour d’horizon s’impose.

(suite…)