FriScènes 2021 – L’heure bleue

Crédit photos : Andreas Eggler pour FriScènes.

Spécialement créée en vue de leur participation à cette 14è édition de FriScènes, la Compagnie Parhelia rassemble trois étudiantes valaisannes, Jade Riand, Zélie Roduit et Flavie Tapparel. Pour leur première création, elles ont entraîné le public dans un voyage mélancolique et touchant au pays des rêves.

Elles sont trois jeunes filles, puis un comédien, un musicien. Sur scène, un attrape-rêve géant en fond, des tissus vaporeux qui coulent du plafond, et une balançoire, Dominique de son prénom – qui change à chaque répétition comme le confessent les comédiens.

La troupe Parhelia nous présente le monde des songes, un monde sans frontière où les reliefs se façonnent au gré des imaginaires de chacune. L’une se noie à l’infini, poursuivie par des oiseaux en pleine mer ; l’autre voyage de tableau en tableau ; la dernière cherche sa sœur, car si elle est morte dans le monde réel, alors rien ne l’empêchera de la faire vivre dans le monde des rêves.

Le comédien, lui, fait office de maître de maison, orchestre des rêves ou Soleil, on ne sait pas vraiment ; c’est lui qui présente et lie ces trames narratives, emmenant le spectateur à travers le patchwork que forment les destins respectifs des trois filles.

À chacune ses raisons de sombrer dans le rêve, à chacune donc son chemin attitré. Les rencontres se font multiples, et on admire la virtuosité avec laquelle les quatre acteurs changent de costume et endossent la peau de personnages tous très différents. Hauts en couleurs, souvent étranges, énigmatiques, bariolés, ceux-ci finissent pourtant par former une étonnante cohérence.

Seul petit regret personnel : je crois que j’aurais aimé voir ces trois jeunes filles se rencontrer dans le monde des songes, s’apporter du réconfort, une présence bienveillante et voir ce qu’elles auraient à se dire. Mais après tout, la solitude est rarement si douce, et cela fait sens qu’elles poursuivent leurs routes seules. Et puis d’une certaine manière, leurs histoires, bien que distinctes, se font écho et se répondent.

Ecrite et mise en scène par les comédiennes elles-mêmes, portée par une musique envoûtante, L’heure bleue impressionne par la qualité et le niveau de jeu que sont capables d’offrir des jeunes d’une vingtaine d’années à peine. La standing ovation qui leur a été offerte et le Prix du public qui leur a été décerné le prouvent : le public, et moi aussi, avons été conquis.

Amélie Gyger

Colportage interdit : interview de Daniel Duqué

Le 25 mai dernier, j’ai eu l’occasion d’assister à une projection de presse du dernier long-métrage de Daniel Duqué : Colportage interdit. Ce film m’ayant particulièrement plu, je lui ai consacré une chronique que vous pouvez retrouver sur notre Soundclound.

(suite…)

Neptune Frost : La machine et le fantôme

Si je devais citer une de mes œuvres cinématographiques préférées, Ghost in the shell de Mamoru Oshii en ferait partie et quand je vis que parmi les film de la compétition officielle se trouvait un de ce genre d’origine Rwandaise, je fus tout naturellement curieux et, après le visionnage, quelques peu désenchanter.

(suite…)

Titania, ou les rêveries de l’astronaute solitaire

En janvier dernier, Michaël Gay des Combes se trouvait au Nouveau Monde pour une résidence d’écriture organisée par l’Épître : une pièce vide, une semaine d’isolement, tout le temps du monde pour écrire. De-là est née Titania, création théâtrale jouée et présentée dans la petite pièce qui l’a accueilli durant une semaine. Retour sur ce voyage insolite avec Amélie Gyger.

(suite…)

Mon père est une chanson de variété

Chère belle-maman,

J’ai été fort triste de ne pas t’avoir eue à mes côtés au théâtre Nuithonie pour assister à Mon père est une chanson de variété et j’imagine que ma peine est partagée. Mais ne t’en fais pas, sèche tes larmes car je vais te décrire quelle merveilleuse expérience ce spectacle était.

(suite…)

Alors on danse ?

C’est fini… c’est déjà fini… c’est peut-être fini, c’est May B !

C’est un peu par hasard que je me suis retrouvé le lundi 21 mars à Equilibre pour assister à May B, un spectacle de danse. Je ne m’attendais à rien et la surprise fut grande !

(suite…)

Deux pièces pour le prix d’une ?

A force de déambuler, je me suis à nouveau retrouvé au théâtre ! C’était jeudi 31 mars à Nuithonie pour assister à une double représentation.

Po-Cheng Tsai est un chorégraphe taïwanais qui a remporté de nombreux concours et qui nous a présenté deux de ses pièces : Timeless et RAGE.

(suite…)

FIFF 2022 : Quelle image d’Afghanistan ?

Le voyage dans la Perse Ancienne offert par le 36e Festival International du Film de Fribourg (18.03.2022 – 27.03.2022) passe à travers les histoires de 7 réalisateur.trice.s courageux.ses. Tout au long de la route de la soie, 7 films en dari et pashto – les deux langues officielles d’Afghanistan, parmi les 40 qui existent – peignent un scénario merveilleux. Mais quelle image de ce pays aux facettes multiples souhaite reconstruire le FIFF ? Un tour d’horizon s’impose.

(suite…)