Alors on danse ?

C’est fini… c’est déjà fini… c’est peut-être fini, c’est May B !

C’est un peu par hasard que je me suis retrouvé le lundi 21 mars à Equilibre pour assister à May B, un spectacle de danse. Je ne m’attendais à rien et la surprise fut grande !

May B, c’est un peu le 2001 L’Odyssée de l’espace de la danse. On en ressort changé.

©Hervé Deroo

Créé en 1981 par Maguy Marin, cela fait maintenant plus de 40 ans que cette pièce chorégraphiée tourne. Elle a été présentée plus de mille fois depuis sa parution. Maguy Marin a bien sûr chorégraphié d’autres pièces, mais May B reste demandée, encore et encore… à tel point qu’en 2021 la pièce est adaptée au cinéma ! (L’extrait ci-dessous approche bien ce que l’on peut ressentir de la scène.)

Je connaissais déjà le théâtre dansé comme dans la comédie musicale West Side Story, et avec May B, on découvre la danse théâtralisée. Maguy Marin s’inspire des textes de Samuel Beckett pour créer son œuvre. Mais rassurez-vous, il ne faut pas forcément aimer Beckett pour apprécier May B.

©Hervé Deroo

Il ne faut pas non plus être féru de danse, mais il faut cependant être assez ouvert pour accueillir cet ovni. Durant une heure et demie, dix interprètes – ou devrais-je dire personnages tant on s’attache à eux – présentent devant nous une histoire qui malgré l’absence de mots, fait vibrer ce qu’il y a de plus humain en nous. De plus, leur accoutrement peu commun laisse apparaitre toutes sortes de physionomies ce qui rend la pièce d’autant plus universelle, sans le forcer.

Ce n’était pas « gracieux », mais c’était beau. Les gestes semblaient simples, mais au contraire, attestent d’une technique individuelle et de groupe qui force le respect.

Si l’occasion se présente, je vous conseille vivement d’aller assister à une représentation. Mais attention ! Ce chef d’œuvre met la barre haut autant pour les futurs théâtres que les futures danses.

Tirée de la Bande-annonce du film

https://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19590354&cfilm=287391.html

Ryan Rätzer

Colportage interdit : interview de Daniel Duqué

Le 25 mai dernier, j’ai eu l’occasion d’assister à une projection de presse du dernier long-métrage de Daniel Duqué : Colportage interdit. Ce film m’ayant particulièrement plu, je lui ai consacré une chronique que vous pouvez retrouver sur notre Soundclound.

(suite…)

Neptune Frost : La machine et le fantôme

Si je devais citer une de mes œuvres cinématographiques préférées, Ghost in the shell de Mamoru Oshii en ferait partie et quand je vis que parmi les film de la compétition officielle se trouvait un de ce genre d’origine Rwandaise, je fus tout naturellement curieux et, après le visionnage, quelques peu désenchanter.

(suite…)

Titania, ou les rêveries de l’astronaute solitaire

En janvier dernier, Michaël Gay des Combes se trouvait au Nouveau Monde pour une résidence d’écriture organisée par l’Épître : une pièce vide, une semaine d’isolement, tout le temps du monde pour écrire. De-là est née Titania, création théâtrale jouée et présentée dans la petite pièce qui l’a accueilli durant une semaine. Retour sur ce voyage insolite avec Amélie Gyger.

(suite…)

Mon père est une chanson de variété

Chère belle-maman,

J’ai été fort triste de ne pas t’avoir eue à mes côtés au théâtre Nuithonie pour assister à Mon père est une chanson de variété et j’imagine que ma peine est partagée. Mais ne t’en fais pas, sèche tes larmes car je vais te décrire quelle merveilleuse expérience ce spectacle était.

(suite…)

Alors on danse ?

C’est fini… c’est déjà fini… c’est peut-être fini, c’est May B !

C’est un peu par hasard que je me suis retrouvé le lundi 21 mars à Equilibre pour assister à May B, un spectacle de danse. Je ne m’attendais à rien et la surprise fut grande !

(suite…)

Deux pièces pour le prix d’une ?

A force de déambuler, je me suis à nouveau retrouvé au théâtre ! C’était jeudi 31 mars à Nuithonie pour assister à une double représentation.

Po-Cheng Tsai est un chorégraphe taïwanais qui a remporté de nombreux concours et qui nous a présenté deux de ses pièces : Timeless et RAGE.

(suite…)

FIFF 2022 : Quelle image d’Afghanistan ?

Le voyage dans la Perse Ancienne offert par le 36e Festival International du Film de Fribourg (18.03.2022 – 27.03.2022) passe à travers les histoires de 7 réalisateur.trice.s courageux.ses. Tout au long de la route de la soie, 7 films en dari et pashto – les deux langues officielles d’Afghanistan, parmi les 40 qui existent – peignent un scénario merveilleux. Mais quelle image de ce pays aux facettes multiples souhaite reconstruire le FIFF ? Un tour d’horizon s’impose.

(suite…)