[Paléo 2019] Mes premiers Paléos – Sandrine

On se souviendra toujours de notre premier Paléo. Les premières joies du camping, se faire voler sa chaise ou se faire réveiller par un Valaisan relou qui gueule dans son megaphone. Retour sur mes premiers Paléos ; attention racontage de vie en vue.

Je n’avais que 14 ans quand ce fameux festival m’attira pour la première fois dans ses entrailles. Je n’étais pourtant pas une festivalière alcoolisée précoce, non, car j’y étais allée pour travailler. Ainsi, je me suis retrouvée dans un stand de bouffe à servir de la nourriture à des milliers de festivaliers affamés, et cela pendant les deux années suivantes. Je vous promets donc de jolies petites pépites risibles à mon sujet !

Pour resituer le contexte ; afin de mettre quelques économies de côté, j’ai accepté de travailler dans un stand qui vendait de la nourriture grecque, avec ma mère ! Ils ne vendaient pas ma mère non, je travaillais avec elle plutôt. Parmi les différents plats que l’on servait, il y avait le gyros. Délicieux pain pita garni de salade, tomate, oignon, viande et, le meilleur pour la fin, la sauce tzatziki. En gros, un kebab version grecque. Je peux vous dire qu’après une semaine d’enroulage de gyros, je me réveillais le matin avec mon coussin en forme de pain pita entre les mains. Même dans mes rêves, j’étais dans l’esprit Paléo. Je vous promets solennellement que cette histoire est véridique ! Ça ne m’a pas pour autant dégoûtée du gyros.

Ce fut pendant mon deuxième Paléo que ma carrière de chroniqueuse à la radio débuta. Nous étions en pleine séance de chill avec une collègue de travail quand, soudain, Rouge FM apparut et nous demanda de présenter un artiste en une phrase. Ma collègue étant trop timide, c’est moi-même qui m’y suis collée. Une vidéo de moi jeune adolescente et inconsciente qui dit : « Voici Alt-J » tourne donc sur internet. Je ne saurai la retrouver et ne voudrai, dans tous les cas, pas la retrouver. Libre à vous de le faire !

Mis à part ces quelques anecdotes, je retiens particulièrement les bons moments passés avec ma mère, puisque comme dit plus haut, je travaillais avec elle et nous passions beaucoup de notre temps libre ensemble. Mais aussi les soirées passées à La Ferme, espace réservé aux membres du staff. Je rappelle qu’à cette époque je n’avais pas encore 16 ans et me sentais donc privilégiée de pouvoir y accéder. Je ne regrette en aucun cas d’avoir connu le Paléo sous cette forme-là, de l’autre coté du comptoir. Cela m’a permis d’encore plus savourer les joies du Paléo aujourd’hui.

N’hésitez pas à nous suivre pendant cet évènement sur Facebook et Instagram et à nous raconter votre premier Paléo. Un bon festival à tous mes amis festivaliers, je vous fais la grosse bise,

 

Sandrine

 

 

Un homme pris en photo au Paléo 2013.

La semaine de la durabilité c’est quoi ?

C’est un mouvement national qui a lieu chaque année depuis cinq ans afin de nous sensibiliser aux questions environnementales. Cette année, ce sont 34 universités et écoles supérieures qui ouvrent leurs portes à tour de rôle pour accueillir au total un peu plus de 200 événements. (suite…)

Small G – une idylle d’été qui tombe à pic

L’adaptation au théâtre par Mathieu Bertholet et mise en scène par Anne Bisang du dernier roman de Patricia Highsmith a investi le théâtre Nuithonie les 6 et 7 février à Fribourg. Une fable pleine de fraîcheur et d’espoirs pour raconter l’homosexualité et qui tombe à pic avant un week-end de votations sur la pénalisation de l’homophobie.

(suite…)

Charrette!

Le Théâtre des Osses accueille le seul en scène de Simon Romang, Charrette! mis en scène par Georges Guerreiro. Commentaires d’un arrière-petit-fils de paysan.

(suite…)

Un loup et une fillette, amies et philosophes

« Papa, quand on est mort, on peut encore respirer ? » (suite…)

Poésie du Gérondif: retours d’un étudiant en linguistique

Le Théâtre des Osses présentait cette semaine la Poésie du gérondif dans le cadre de ses café littéraires. Joué par Benjamin Knobil, mis en scène par Michel Toman sur un texte de Jean-Pierre Minaudier, le spectacle nous propose de voir la grammaire de façon poétique. Quid?

(suite…)