Paléo 2019 – Compte-rendu – Mardi et Mercredi – Sylvain

Le paléo est lancé ! Compte-rendu de Sylvain pour ces deux premiers jours sous le cagnard.

Au paléo, on campe, c’est la tradition. Mais après un trou de trois ans, les choses ont changé, et on a vieilli. Donc cette année, on fait les vieux et on s’installe au Pal’asse, le camping payant avec un petit chapiteau monté à disposition. Le luxe ! A tel point que lorsqu’une tierce personne visite notre campement à notre insu, rien ne manque mais il y a des affaires EN PLUS ! Et la tente est RANGEE ! Mystère incompréhensible : en regardant dans le sac à dos apparu de nulle part, nous trouvons deux boîtes de gants en latex… Aïe.
En réalité, c’était un québécois travaillant dans un stand de bouffe qui s’est simplement trompé de tente et qui s’est confondu en excuses. Vraiment le luxe ce Pal’asse !

Parlons bouffe justement. Au Paléo, votre planning alimentaire devient celui d’un hobbit : chaque repas est multiplié par trois. Voici en vrac mes recommandations pour les stands déjà testés : Lobster & CO, Lolly Gaufre et les Bagels de Léon au village du monde ; Bagels & Frites, Les rouleaux d’été à l’Esprit du Vietnam, et Panares Gourmet sur la Pl’Asse (vrai coup de coeur). Encore plein de stand à découvrir ! Même avec le rythme d’un hobbit, pas assez de temps pour tout goûter, hélas.

Au niveau des concerts, voici en vrac encore une fois , les meilleures expériences complètement subjectives de ces deux premiers jours. Premier concert  : Pierce Brothers, j’imaginais chill, mais c’était en réalité très énergique avec un duo explosif et parfois acrobatique. Lorsque l’un d’eux joue du didgeridoo d’une main tout en tenant l’harmonica pour l’autre qui joue en plus de la guitare. Les Cowboys Fringuants ont ouvert le feu de la Grande Scène sous une chaleur pétante : un concert très agréable et touchant avec une violoniste très en forme.

Grande découverte de ces deux jours : Le Québec Redneck Bluegrass Project : on n’a rien compris des paroles, mais le langage de la musique était universel ; on a dansé à en faire trembler le sol. Dans la même veine mais plus punk-rock, Bodh’aktan était à la limite de nous piler les esgourdes… de plaisir ! Le concert de était intrigant par son installation instrumentale robotisée et mécanique. Avec Les Trois Accords, on aime les grands-mères et on se touche dans le parc : rires et rock !

Pour éviter de s’endormir devant Lana del Rey, on s’est engouffrés dans la Ruche pour danser sur Y’a du monde aux Balkans : déjanté sur Soviet Suprem ou Boney M, super ambiance festive où l’on peut crier sans crainte « Tout le pouvoir aux Soviets ! »

Pour ce qui est des interviews, nous avons pu poser nos questions à Bodh’aktan, Québec Redneck Bluegrass Project, B77 et Cyril Cyril. A découvrir tout bientôt sur notre Soundcloud !

Sylvain ( et Matthieu exalté)

Sylvain Paléo mardi

La semaine de la durabilité c’est quoi ?

C’est un mouvement national qui a lieu chaque année depuis cinq ans afin de nous sensibiliser aux questions environnementales. Cette année, ce sont 34 universités et écoles supérieures qui ouvrent leurs portes à tour de rôle pour accueillir au total un peu plus de 200 événements. (suite…)

Small G – une idylle d’été qui tombe à pic

L’adaptation au théâtre par Mathieu Bertholet et mise en scène par Anne Bisang du dernier roman de Patricia Highsmith a investi le théâtre Nuithonie les 6 et 7 février à Fribourg. Une fable pleine de fraîcheur et d’espoirs pour raconter l’homosexualité et qui tombe à pic avant un week-end de votations sur la pénalisation de l’homophobie.

(suite…)

Charrette!

Le Théâtre des Osses accueille le seul en scène de Simon Romang, Charrette! mis en scène par Georges Guerreiro. Commentaires d’un arrière-petit-fils de paysan.

(suite…)

Un loup et une fillette, amies et philosophes

« Papa, quand on est mort, on peut encore respirer ? » (suite…)

Poésie du Gérondif: retours d’un étudiant en linguistique

Le Théâtre des Osses présentait cette semaine la Poésie du gérondif dans le cadre de ses café littéraires. Joué par Benjamin Knobil, mis en scène par Michel Toman sur un texte de Jean-Pierre Minaudier, le spectacle nous propose de voir la grammaire de façon poétique. Quid?

(suite…)