Notre-Dame 2.0

Cette semaine dans LAPSUS CALAMI, il faut battre le savoir-faire pendant qu’il est encore chaud.

 

Lundi dernier, le monde entier s’est tourné vers Paris. Paris, plus habituée depuis quelques mois à être parée de jaune et à sentir la fumée des bombes lacrymo, s’est transformée. Vêtue cette fois-ci de rouge et drapée de nuages de cendres, la capitale française vivait un drame pour son héritage historique : Notre-Dame était en feu.

Alors que le peuple français se bat à propos des fonds pour restaurer cette cathédrale, je me suis demandé ce qui se passerait si une partie du patrimoine suisse partait, lui aussi, en fumée.

Imaginez si, un soir, au 19h30, on apprenait qu’un de nos monuments était en train de se consumer. Que ce soit le Kapellbrücke de Lucerne (déjà incendié en 1993), la cathédrale de Fribourg ou Darius Rochebin, tous ces monuments culturels et historiques seraient une aussi grande perte pour le peuple helvétique que Notre-Dame pour les français.

Le patrimoine suisse est, à l’échelle du pays, immense. Les archives, les bibliothèques, les monuments religieux, les monuments culturels et tous les vestiges qui font notre pays sont, potentiellement, en péril. Vous aurez remarqué que je ne parle pas de sites touristiques, car, contrairement à nos voisins de l’Hexagone, nous avons de la chance que la plupart de nos monuments touristiques soient de grosses pierres enneigées et, à moins que la montagne se trouve à Mitholz et qu’elle n’abrite les réserves de munitions de l’armée suisse, il y a peu de chances que ces cailloux prennent feu.

Ce qui m’inquiète le plus, c’est que les plus grands monuments dans le monde sont vieux et fragiles. Et je sais que moi, en tant que jeune étudiant, je n’ai absolument aucune capacité manuelle. Mais alors que le monde évolue plus rapidement que jamais et que tout se digitalise, j’ai peur que ce patrimoine culturel disparaisse car le savoir-faire n’est plus là. Qu’est ce qui nous dit que dans 50 ans, des ouvriers seront encore qualifiés pour réparer une charpente plusieurs fois centenaire ? Surtout que nous nous trouvons à un moment charnière. Les personnes qualifiées ayant vécu avec des méthodes plus artisanales et moins électroniques arrivent en fin de vie et avec eux partira le savoir-faire. Comment fera-t-on dans une centaine d’années, avec nos voitures volantes et nos hologrammes, pour entretenir, restaurer ou réparer des monuments millénaires sans que la charpente soit confectionnée par une imprimante 3D ?

 

Je passe donc un message à tous ceux qui ne savent pas quoi faire cet été : ne travaillez pas enfermés dans un supermarché. Sortez. Travaillez dehors et continuez à entretenir un savoir-faire très important pour l’histoire du monde. Je serais trop triste qu’une partie du patrimoine de mon pays se retrouve filmée en train de rendre son dernier souffle en sachant qu’elle ne sera jamais reconstruite. Surtout si c’est Darius Rochebin.

SR.

 

Crédits: Charly Rodrigues

Festival Bach : « Preis und Dank », les sonorités triomphales de Bach

Les Talens Lyriques de Christophe Rousset et le Wiener Kammerchor font ressortir du nouveau de L’Oratorio de Pâques et du Magnificat. (suite…)

Festival Bach : contrastes entre deux grands maîtres par deux grands musiciens

Authentiques et versatiles, Leila Schayegh et Jörg Halubek ont fait honneur à Arcangelo Corelli et Jean-Sébastien Bach.

(suite…)

Unimix au théâtre: Hom(m)es

Le 8 et 9 novembre, Nuithonie présentait Hom(m)es, une production de la compagnie ACT2, chorégraphiée par Catherine Dreyfus.

(suite…)

Laïka, le (vrai) chien de l’espace: point historique

Ce samedi 16 novembre, Équilibre présentera une création inédite : Laïka le chien de l’espace, un opéra pour enfant mis en scène par Anne Schwaller et produit par le NOF et la Compagnie Pièces Jointes. Avant de découvrir cette fresque scientifico-historique, Sylvain vous présente l’histoire de la vraie Laïka, envoyée en orbite en 1957.

(suite…)

Théâtre: L’Art de la comédie

La compagnie le Magnifique théâtre présente à Nuithonie sa dernière création : l’art de la comédie d’Eduardo de Filippo, mise en scène par Julien Schmutz. Sylvain s’est rendu sur place pour assister à l’une des représentations. Impressions et réflexions.

(suite…)