[MJF 2019] – Jeudi en compagnie de Lizzo – Blenda

Il y a quelques semaines, je suis allée voir le concert de Lizzo pour le compte d’Unimix au Montreux Jazz Festival 2019, en compagnie de Sam Smith et Shania Twain – certes nous ne sommes pas arrivés ni repartis ensemble mais nous respirions le même air durant quelques heures, donc techniquement, oui j’étais en leur compagnie! 

Quelques semaines déjà et l’article ne vous parvient qu’aujourd’hui car entre temps la vie s’est passée –  Et heureusement que j’avais fait le  plein de forces durant ce concert, car Lizzo nous a embarqué dans une expérience spéciale comme me l’expliquait quelques minutes avant le concert une fan qui s’est déplacée avec son mari de Zürich pour venir voir l’artiste : « People said that it was almost spiritual…And I love her she is my Queen and I Worship her, and I wish she had been around when I was 20 ”   

La réalité fut bel et bien le cas, nous avons vécu un moment presque spirituel. Voici un extrait de ce à quoi à pu ressembler notre immersion dans l’amour infini de Lizzo, à la différence près que nous nous trouvions dans l’espace mythique de l’Auditorium Stravinsky, où l’atmosphère un peu plus sombre-intimiste nous invitait à entrer à l’intérieur de nous plus rapidement. 

Nous avons donc médité, mais également pas mal dansé et pour les plus aguerris twerké sur les sons plus rythmés de l’artiste. Il faut dire qu’elle possède en elle, le talent de mélanger les genres de musiques en passant du rap à la pop, avec parfois l’aide de la désormais très célèbre  Sasha la Flute @sashabefluting sur instagram – sa flute traversière, qu’elle joue depuis depuis son adolescence.
Ce joyeux pot pourri de rose et de féminité a rapidement conquis le public qui ne la connaissait pas, présent pour Janelle Monae, dont la musique rappelle Prince, et qui est l’une de ses inspirations dans la composition de ses albums pour la musicalité et l’éthique de travail entre autres.

Sur scène Lizzo s’est entourée de talentueuses danseuses et d’une DJ, toutes aussi diverses les unes que les autres aussi bien au niveau des origines, que pour leur taille et corpulence.  Un “phénomène assez rare” à voir sur scène de concert  et qui rafraîchit. Par ailleurs si vous êtes des auditeurs fidèles à nos émissions, je vous partageais lors d’une chronique dédiée au sujet de la “grossophobie”, le semestre dernier, un titre de Lizzo intitulé Tempo en ft. avec l’icone Missy Elliott. Une chanson Upbeat qui célébre les personnes grosses, que j’ai proclamé être mon fat Anthem de l’été – cela est toujours le cas. À propos, depuis le 26 juillet un clip vidéo du titre est disponible sur toutes les plateformes.

Enfin, le secret du magnétisme Lizzo  sur son public réside peut-être dans le fait de ne pas compromettre son identité aussi éclatée et particulière qu’elle soit et de s’entourer de personnes ayant la même énergie. Un message qu’elle diffuse activement à son audience, et qui se reçoit bien,  comme me l’a confirmé son jeune public  avant le début du concert : « Elle donne de la positivité … Vraiment je l’adore ».

Je vous parle de Lizzo depuis le début de cet article sans trop vous donnez de détails sur sa personne, mais si la description de son concert et les échos de ses fans vous ont titillé, n’hésitez pas à allez à la rencontre de cette belle artiste américaine, pleine d’énergie et d’authenticité et rejoindre la church de Lizzo . Montez dans le Wagon comme le reste du monde qui s’éveille à  tant de talent comme peut le témoigner sa place dans les charts avec ses titres phares : Truth Hurts et Juice, et sa présence dans les médias, vous ne le regretterez pas!  Aussi faites vous plaisir et suivez la sur Instagram sous @lizzobeeating et (et nous aussi sous @unimixfr ).

 

B.

(Photo: l’Azulejo de Lizzo, généré depuis le générateur d’Azulejos du Montreux Jazz Festival)

 

MyAzulejos2_Lizzo

« Le Roi se meurt », presque cinquante ans et pas une ride

Jeudi soir, le Théâtre des Osses accueillait la première représentation du « Roi se meurt » d’Eugène Ionesco, mise en scène par Cédric Dorier. Une agonie tragi-comique rapportée par Sylvain et Méline.

(suite…)

Festival Bach : l’Italie de 1600 et 1700, pour finir sur une belle note

En guise de clôture d’un mois riche en émotions musicales, le Festival Bach de Lausanne recevait vendredi dernier à l’église Saint-Laurent le Concerto Italiano, sous la direction de Rinaldo Alessandrini, pour un voyage baroque à travers l’Italie des XVII et XVIIIème siècles.

(suite…)

Festival Bach : la Résurrection et l’Annonciation vécues dans la décéption

« Cette fois-ci, non, franchement, non! »: voici les mots lâchés par George sur le site Tempslibre.ch suite au concert de l’orchestre Les Talents Lyriques dirigé par Christophe Rousset. Mais que s’est-il passé ?  (suite…)

Laïka, le chien de l’espace : retour sur la représentation

L’opéra pour enfant Laïka, le chien de l’espace s’est dévoilé au public le samedi 16 novembre à la salle de spectacle Équilibre, et beaucoup de familles étaient au rendez-vous. La représentation dépeint l’histoire de Laïka, une chienne soviétique recueillie dans les rues de Moscou et adoptée par le gouvernement russe dans le but de l’envoyer dans l’espace.

(suite…)

Festival Bach : Jour de fête pour les musiciens !

Le jour de la Sainte-Cécile, le Concerto Köln proposa un délicieux banquet musical. (suite…)