« Le Roi se meurt », presque cinquante ans et pas une ride

Jeudi soir, le Théâtre des Osses accueillait la première représentation du « Roi se meurt » d’Eugène Ionesco, mise en scène par Cédric Dorier. Une agonie tragi-comique rapportée par Sylvain et Méline.

« Nous sommes dans un pays où l’usure du pouvoir a eu raison de tout, dans un pays où le dictateur ne veut pas céder sa place, dans un pays où la nature semble être anéantie par une force implacable et mystérieuse, où même l’amour paraît inefficace, où la magie n’opère plus… Et tout cela est alternativement comique, tragique, dérisoire et énigmatique, cela pourrait nous dire quelque chose, non? » Présentation de la pièce, programme du Théâtre des Osses.

Comme la vie, la mort se consume. Ou elle se consomme. Dans tous les cas, elle prend du temps. Elle prend l’Homme, peu importe qu’il soit Roi ou Sujet, et l’entraîne dans une agonie qui se nourrit d’une angoisse profonde. Mais l’angoisse est-elle plus supportable lorsqu’on meurt seul ? ou lorsqu’on meurt à plusieurs ?

Tombé gravement malade, Eugène Ionesco a cru voir la mort. Et pour mieux l’appréhender la prochaine fois qu’elle s’approchera de lui, il décide de la mettre en scène. De cette presque-rencontre avec la faucheuse naît « le Roi se meurt », une pièce que le dramaturge aurait écrite en une quinzaine de jours, à l’aube de l’année 1962. Ionesco rappelle son personnage Bérenger, déjà protagoniste dans trois autres de ses oeuvres, pour en faire à nouveau son porte-parole, tant et si bien que l’un devient l’incarnation de l’autre et vice-versa. Bérenger fait face à la mort et à ses renoncements.

« Ce que j’aurais du mal à m’en arracher ! Je me suis habitué ; habitué à vivre. De moins en moins préparé à mourir. Qu’il me sera pénible de me défaire de tous ces liens accumulés pendant toute ma vie. Et je n’en ai plus pour trop longtemps, sans doute. La plus grande partie du trajet est parcourue. Je dois commencer dès maintenant à défaire, un à un, tous les nœuds.» Eugène Ionescu, Notes et contre-notes.

Bérenger n’est pas le seul vecteur de l’agonie individuelle. Mais qui est ce Roi qui se meurt ? Si l’on se réfère au contexte d’écriture de la pièce, une interprétation possible serait la mort du langage. En effet, l’art encaisse aussi les horreurs de la deuxième guerre mondiale et le théâtre de l’absurde, dans lequel s’inscrit Ionesco, ne croit plus (ou prétend ne plus croire) au pouvoir du langage. On peut aussi penser au contexte chaud de la Guerre froide. Rappelons que le Mur de Berlin est en construction, Cuba vit sa crise des missiles, au moment où Ionescu prend la plume. Un contexte propice à l’anéantissement du monde. Aujourd’hui, le contexte, bien que différent (quoique), s’avère toujours aussi fécond. Le scénario catastrophe reste d’actualité.

 

Tant de vie(s) pour parler de mort

La pièce résonne de vérités cathartiques, comme elle raisonne dans l’esprit du spectateur. On sait ce qui attend le Roi Bérenger au bout de cette pente descendante, comme on sait ce qui nous attend tous à la fin de la route. Mais comment vivre ces longues heures d’agonie ?

La mise en scène originale du « Roi se meurt » par Cédric Dorier est saisissante dès le premier instant. Le jeu d’acteurs des six interprètes est habilement exécuté. Cette pièce demande une vraie performance, aussi bien sur le plan physique que verbal. Elle requiert des comédien.n.e.s une écoute attentivement, tant les dialogues s’entrecroisent, se croisent et se décroisent, au carrefour de l’absurde et du tragi-comique.

La scénographie s’impose tantôt comme un obstacle pour les personnages, tantôt comme une symbolique avec laquelle on joue, de laquelle on se déjoue. Un ensemble de deux murs circulaires mettent la scène en mouvement, et dévoile tantôt une salle du trône, une salle de bain, une chambre d’hôpital ou le couloir final. Elle fonctionne comme une vraie machine infernale, en référence au Temps Modernes de Charlie Chaplin. Le Roi reste prisonnier de cette pièce changeante, seuls les autres personnages peuvent s’échapper par les portes percées dans les murs.

Après deux heures de spectacle, le théâtre se déconstruit, le monde s’écroule. Pour le mourant, ce ne pas seulement lui qui disparaît, c’est le monde tout entier. Et ainsi le public, guidé par la Reine Marguerite incarnation de la mort, accompagne le mourant dans un dernier souffle. Un spectacle, lui aussi, à couper le souffle.

 

Sylvain Grangier et Méline Murisier

Retour au théâtre: La nouvelle saison du Théâtre des Osses

Après plusieurs mois en veilleuse, c’est au milieu de lampes de chevet que Geneviève Pasquier et Nicolas Rossier présentent leur saison 2020-2021 du Théâtre des Osses, pour faire revivre l’art. Car « c’est bien d’art qu’il s’agit, c’est un peu ça qui nous a manqué» nous dit Geneviève Pasquier. Une programmation qui clame la liberté après cette période de confinement. Présentation.

Premier spectacle avec Sa chienne, tiré de « Trois ruptures » de Rémi de Vos et mis en scène par Nicolas Rossier. C’est un souper-spectacle où tout le monde mange, y compris le couple sur scène, ou du moins l’est-il jusqu’au dessert, puisqu’à ce moment-là la femme demande le divorce… Un spectacle à croquer. Nicolas Rossier précise qu’au delà des apparences, le spectacle est bien dans l’actualité, au regard des divorces qu’on suscité le confinement…

Sa chienne

Autre création du cru, Lettres à nos aînés, qui se base sur les lettres parues quotidiennement dans la presse, à l’instar de La Liberté, destinées aux aînés esseulés durant le confinement. Une création en cours, qui se veut simple et souple, comme nous l’explique Geneviève Pasquier qui est à la mise en scène, revendiquant une nécessité des resserrer les liens avec les aînés, et ce dans les deux sens.

Avec Grâce à Dieu, on touche au sujet plus que sensible des victimes d’abus sexuels commis par des prêtres. Sans être une charge contre l’Église en particulier, cette co-prodution avec le Pullhof Théâtre et la Compagnie de François Marin qui met en scène se veut plus un dénonciation plus large de toutes société où règne l’omerta.

L’évadé

Tandis que Le journal d’Anne Frank repart pour un tour (les 100 représentations sont dépassées), Karim Slama viendra à Givisiez avec sa virtuosité humoristique au service d’un sujet grave et profond dans L’évadé, en jouant la conscience d’un homme paralysé. Puis s’enchaîneront deux autres créations romandes hautes en couleurs, aux univers visuels impressionnants. D’abord Frida jambe de bois, un voyage dans l’intimité de la peintre mexicaine Frida Kahlo, un spectacle musical coloré et joyeux. Puis Le cabaret des réalités, ou comment transposer les vertige de la physique dans un univers entre le cirque et David Lynch. Cette création menée par Sandra Gaudin qui s’inspire d’Alejandro Jodorowsky a jusqu’ici été très peu jouée, et Geneviève Pasquier tenait à souffler sur les braises de cet acte théâtral exigeant et audacieux.

Frida Jambe de bois
Le cabaret des réalités

Après n’avoir pu être joué qu’une seule fois la veille du confinement, Une rose et un balais revient aux Osses terminer le travail. Très attendue, l’adaptation du livre de Michel Simonet prendra vie grâce à la virtuosité et l’inventivité d’Alexandre Cellier doublées de la poésie et la finesse d’Yves Jenny. Gouverneurs de la rosée continue pour sa part sa tournée romande.

Une rose et un balais

Les Cafés littéraires sont également de retour, à commencer par Slava Bykov, un roman de hockey, une causerie au coin du feu sur la carrière du joueur, Fribourg-Gottéron étant de son propre aveu le plaisir coupable de Nicolas Rossier. Viendra ensuite Émancipations singulières, un projet de Joséphine de Weck pour les 50 ans du vote sur le droit de vote des femmes en Suisse, l’occasion de revenir sur ce combat, mais également sur ceux actuels. La poésie visuelle clôt ce cycle de cafés littéraires, une réalisation signée Matthieu Corpataux, qui, rappelons le, outre ses multiples projets culturels, est assistant diplômé du domaine français de notre université.

Quel avenir au vu de la situation sanitaire ? « On sait qu’on va faire des choses, on s’accroche » nous dit confiante Geneviève Pasquier. « On travail semaine par semaine. » Le théâtre a bien entendu mis en place un plan sanitaire, qui comprend le port du masque obligatoire pour le public ainsi que la collecte des données comme mesure de traçage. Espérons comme eux que le public répondra présent.

Sylvain Grangier

Photos fournies par le Théâtre des Osses

La semaine de la durabilité c’est quoi ?

C’est un mouvement national qui a lieu chaque année depuis cinq ans afin de nous sensibiliser aux questions environnementales. Cette année, ce sont 34 universités et écoles supérieures qui ouvrent leurs portes à tour de rôle pour accueillir au total un peu plus de 200 événements. (suite…)

Small G – une idylle d’été qui tombe à pic

L’adaptation au théâtre par Mathieu Bertholet et mise en scène par Anne Bisang du dernier roman de Patricia Highsmith a investi le théâtre Nuithonie les 6 et 7 février à Fribourg. Une fable pleine de fraîcheur et d’espoirs pour raconter l’homosexualité et qui tombe à pic avant un week-end de votations sur la pénalisation de l’homophobie.

(suite…)

Charrette!

Le Théâtre des Osses accueille le seul en scène de Simon Romang, Charrette! mis en scène par Georges Guerreiro. Commentaires d’un arrière-petit-fils de paysan.

(suite…)

Un loup et une fillette, amies et philosophes

« Papa, quand on est mort, on peut encore respirer ? » (suite…)