Laïka, le chien de l’espace : retour sur la représentation

L’opéra pour enfant Laïka, le chien de l’espace s’est dévoilé au public le samedi 16 novembre à la salle de spectacle Équilibre, et beaucoup de familles étaient au rendez-vous. La représentation dépeint l’histoire de Laïka, une chienne soviétique recueillie dans les rues de Moscou et adoptée par le gouvernement russe dans le but de l’envoyer dans l’espace.

Une performance théâtrale de la Compagnie Pièces Jointes et une performance musicale du Nouvel Opéra Fribourg ont transformé l’opéra en une histoire merveilleuse faisant appel aux sens de la vue et de l’ouïe.

Les rideaux se lèvent et c’est avec plaisir que nous découvrons la petite chienne, une marionnette, et son marionnettiste (Yves Adam). Saluons ce dernier qui a réussi avec brio à animer sa marionnette, ce qui, ajouté aux détails réalistes de cette dernière, a su donner vie à Laïka.
Il faut également mentionner la touche humoristique et ludique qu’a arborée le spectacle tout du long, malgré le sérieux de la thématique. Par exemple, lorsque les scientifiques russes procèdent à la phase de test sur Laïka ou lorsqu’on nous présente le système solaire et ses huit planètes en lumière. Sans oublier le côté interactif, avec l’intervention occasionnelle des musiciens de l’orchestre.

Une atmosphère bon enfant était au rendez-vous, notamment à travers le décor ingénieux. Une structure en carton dressée en guise d’écran permettait d’y projeter les différentes animations du spectacle : une maison vue de l’extérieure, l’intérieur d’un train ou encore le décollage d’une fusée ont participé à créer un univers pour le spectateur.

Adapté aux enfants comme aux adultes, cet opéra mis en scène par Anne Schwaller retrace le déroulement tragique de Laïka en lui rendant un émouvant hommage. La petite chienne reste aujourd’hui encore un symbole représenté dans les arts et dans la mémoire collective. Une statue de Laïka peut être vue dans les rues de Moscou, précisément là où elle a été originellement trouvée.

Marion Crevoiserat

Crédits photo: ©Magali Dougados pour Équilibre-Nuithonie

laika_nofmagali_dougados-0025.jpg__630x347_q90_crop-1_subsampling-2

Small G – une idylle d’été qui tombe à pic

L’adaptation au théâtre par Mathieu Bertholet et mise en scène par Anne Bisang du dernier roman de Patricia Highsmith a investi le théâtre Nuithonie les 6 et 7 février à Fribourg. Une fable pleine de fraîcheur et d’espoirs pour raconter l’homosexualité et qui tombe à pic avant un week-end de votations sur la pénalisation de l’homophobie.

(suite…)

Charrette!

Le Théâtre des Osses accueille le seul en scène de Simon Romang, Charrette! mis en scène par Georges Guerreiro. Commentaires d’un arrière-petit-fils de paysan.

(suite…)

Un loup et une fillette, amies et philosophes

« Papa, quand on est mort, on peut encore respirer ? » (suite…)

Poésie du Gérondif: retours d’un étudiant en linguistique

Le Théâtre des Osses présentait cette semaine la Poésie du gérondif dans le cadre de ses café littéraires. Joué par Benjamin Knobil, mis en scène par Michel Toman sur un texte de Jean-Pierre Minaudier, le spectacle nous propose de voir la grammaire de façon poétique. Quid?

(suite…)

Théâtre: Gil, un amour enfermé

« Je suis ici à cause de ce que j’ai fait à Jessica ». Ici, c’est Les Pâquerettes, une institution spécialisée pour enfants atteints de troubles mentaux. Qu’est-ce que Gilbert a fait à Jessica? Il faudra attendre la fin de la pièce pour le savoir. Mise en scène par Michel Lavoie, création fribourgeoise à Nuithonie.

(suite…)