FriScènes: Petit boulot pour vieux clown – Critique

Quel cirque!

22519684_10154671654576315_8725308648441643889_o

La soirée du vendredi 13 octobre au festival FriScènes se concluait par Petit boulot pour vieux clown. Cette pièce est née en 1986 de la plume du franco-roumain Matei Visniec. L’histoire est celle de trois vieux clowns qui se présentent à une audition pour un théâtre qui cherche un vieux clown justement. Or ces trois artistes sont d’anciens amis qui ont travaillé dans le même cirque plus jeunes, avant de travailler chacun de leur côté. Entre vieille complicité et rivalité des égos, les trois compères attendent l’ouverture des portes dans un combat de gladiateurs des temps modernes.

Le mot qui me vient à l’esprit au sortir du spectacle, c’est le malaise. Celui à la fois suscité par la représentation elle-même, mais surtout celui de devoir faire la critique d’un travail d’amateurs au combien respectable.

Néanmoins force est d’admettre qu’à de nombreux égards cette adaptation de Maryvonne Schiltz portée par Jacky Audouin, Herbé Houssin, Sébastien Houssin et Nelly Audouin – la troupe du Théâtre dépareillé – passe à côté de la pièce. Dans l’approche de base déjà : l’idée du clown en tant qu’art est biaisée et caricaturale. On a l’impression d’assister à une longue improvisation maladroite, et dans le même temps on voit les contours à gros traits de la mise en scène. Le tout est une gesticulation brouillonne à tel point que le silence qui intervient au milieu de la pièce devient un soulagement : on respire. Le rythme est décousu, ce qui annule la grande majorité des effets comiques. Il y a de plus un manque général de ruptures, si essentielles pour ce type de jeu.

Néanmoins, certaines répliques font mouche, lorsque le rythme et l’effet de rupture était en adéquation ; mais si peu…

Petit point sur la lumière : on comprends parfaitement la volonté d’un plein-feu froid pour indiquer un extérieur de théâtre – ce qui fonctionne assez bien – et que la lumière, étant sur minuterie, s’éteigne complètement à plusieurs moments. L’usage de lampes frontales par les acteurs se justifie également, mais les tourner sans arrêt vers le public n’aide en rien à la réception de celui-ci…
Inutile de s’étendre davantage. Tout n’est pas à jeter, loin de là, mais les défauts sont tels qu’ils rendent l’expérience gênante.

Pour terminer et pondérer mon propos, je rappelle que cette critique n’engage que ma subjectivité personnelle sur une seule représentation d’un spectacle vivant.

Sylvain Grangier

Crédit photo: Julien James Auzan

22519746_10154671654646315_7694594771163007693_o

22459468_10154671654931315_3814348261823651934_o

Quand l’Ukraine est à l’ouest

Bienvenue dans l’absurde de Roman Bondarchuk. Projeté au FIFF dans la compétition internationale, le film « Volcano » séduit par sa sincérité et les interrogations constantes qu’il nous provoque. En effet, à l’exception des trois acteurs principaux, le casting est uniquement composé d’authentiques villageois ce qui lui confère un caractère populaire.. en soi, même l’acteur principal, Sergiy Stepanskiy, est ingénieur du son à la base. L’imagerie est méticuleusement travaillée pour un rendu esthétiquement agréable, en contraste avec un message sous-jacent beaucoup moins plaisant. La scène d’introduction, par exemple, filme en plongée totale un paquebot rouge cuivre pendant une durée indéfiniment longue. Une prise de vue bien travaillée qui mène à une incompréhension dès le début, d’autant plus que ce même bateau n’apparaît plus de tout le film. Ce n’est que lors de la scène finale, elle aussi d’une beauté visuelle à couper le souffle, qu’il est possible de faire un lien lorsque résonne à nouveau le même thème musical.

(suite…)

Critique: El Hombre que cuida

Nous aurions pu rédiger cet article en espagnol, langue du film qui nous concerne, mais eu égard à la compréhension de la majorité de nos lecteurs, nous avons décidé de le rédiger dans la langue dans lequel il nous fut introduit, c’est-à-dire en perse :

تصاویر بسیار زیبا، حال و هوای فیلم خوبه ولی متاسفانه به اندازه ی کافی داستان هیجان انگیز نیست. لحن حرف زدنت رو دوست دارم.

(suite…)

Politique, t’es foutue, la jeunesse est dans la rue

Pour ce nouvel article, LAPSUS CALAMI est en colère. Dans ce troisième épisode, il s’agira du combat que la jeunesse a décidé de mener dans les rues: sauver le monde sur lequel nous espérons tous encore avoir un avenir ! (suite…)

Quand le FIFF nous touche en plein coeur

Un coup de poing qui livre au jour le jour le combat d’une jeune femme d’exception, Khatera. Un film qui suit pas à pas, avec une pudeur et un tact déconcertant, le long du chemin de cette femme afghane vers la reconnaissance de son statut de victime dans une société conservatrice et patriarcale. Une femme qui se soulève et brise la loi du silence.

(suite…)

Ouvrir la voix…

La 33ème édition du FIFF – Festival International de Films de Fribourg – a fait le choix, à travers la section Décryptage, de se focaliser sur une problématique sociétale cruciale du 21ème siècle : la place des femmes noires dans la société. 15 films africains et internationaux respectant les mêmes valeurs : le respect de la femme, de la couleur ou de la femme noire, ont été sélectionnés par les 16 comédiennes ayant co-écrit Noire n’est pas mon métier aux Editions du Seuil. Un livre qui dénonce les discriminations et clichés racistes dont elles sont victimes en tant qu’actrices, mais aussi en tant que femmes.

Coup de projecteur sur l’un des 15 films, La Noire de… qui a été poursuivi par une table ronde avec 6 écrivaines de Noire n’est pas mon métier.

(suite…)