FriScènes: Des Roses et du Jasmin – Critique

Pas de quoi en faire un bouquet

Friscène accueillait la compagnie nom d’une troupe ! le vendredi 19 octobre afin de présenter la pièce Des Roses et du Jasmin d’Adel Hakim. Le Nouveau Monde affichait complet : voilà un public enthousiaste à l’idée d’assister à cette critique acerbe des enjeux du conflit israélo-palestinien. Cependant, certains décidèrent de sortir en avance de la salle, peu intéressés.

Il ne sert à rien de se voiler la face : il est difficile d’écrire une pièce sur un thème aussi sérieux que le conflit israélo-palestinien sans tomber dans le cliché et l’excès de pathétisme. Néanmoins, il semble normal d’espérer une approche nouvelle et originale lorsqu’une telle pièce attire l’attention d’une troupe de théâtre. Il n’en n’est rien. Le texte d’Adel Hakim dégouline d’un sentimentalisme mielleux, de retournements de situation prévisibles et de péripéties convenues.

Tous les défauts du texte sont, dans la mise en scène d’Hélène Blondel, mis en exergue, vulgairement grossis voire caricaturés. Certaines scènes au plus haut point du pathétisme, à défaut d’attiser la pitié du public, auront su en faire ricaner une partie. Impossible d’en dire autant des tentatives d’humour lourdes et inappropriés entre les différentes « histoires d’amour » que décrit la pièce. À cela s’ajoute des effets sonores dignes des plus grands films de super héros d’aujourd’hui : qu’il s’agisse d’une mélodie mielleuse au violon pour souligner l’amour naissant ou d’un léger tremblement pour mettre en avant une certaine tension, la bande sonore ne parvenait que rarement à remplir son devoir, mais, au contraire, tenait plutôt du ridicule. Un point positif tout de même est le décor simple qui, bien que durant la majeure partie de la pièce passe inaperçu, crée, à lui seul, une ambiance électrique lors de la dernière section.

Le jeu des acteurs ne crée pas la surprise. Sans être mauvaise, l’interprétation est tachée par des balbutiements sur certains mots et par la diction floue de quelques-uns. Voilà qui n’aide pas à faire ressortir le pathos pourtant si important dans Des Roses et du Jasmin.

Ainsi, une grosse déception alors que le sujet du conflit israélo-palestinien paraît prometteur. Le texte en soi en est pour la majeure partie responsable mais la mise en scène ne l’améliore pas, au contraire, elle le dégrade à vouloir faire de l’excès de pathétisme. C’est dommage.

Raphael David Eccel

Crédit photos:  Janos YoGars Norreuden pour FriScènes

44448408_10155455956456315_3437650003621838848_n

Quand l’Ukraine est à l’ouest

Bienvenue dans l’absurde de Roman Bondarchuk. Projeté au FIFF dans la compétition internationale, le film « Volcano » séduit par sa sincérité et les interrogations constantes qu’il nous provoque. En effet, à l’exception des trois acteurs principaux, le casting est uniquement composé d’authentiques villageois ce qui lui confère un caractère populaire.. en soi, même l’acteur principal, Sergiy Stepanskiy, est ingénieur du son à la base. L’imagerie est méticuleusement travaillée pour un rendu esthétiquement agréable, en contraste avec un message sous-jacent beaucoup moins plaisant. La scène d’introduction, par exemple, filme en plongée totale un paquebot rouge cuivre pendant une durée indéfiniment longue. Une prise de vue bien travaillée qui mène à une incompréhension dès le début, d’autant plus que ce même bateau n’apparaît plus de tout le film. Ce n’est que lors de la scène finale, elle aussi d’une beauté visuelle à couper le souffle, qu’il est possible de faire un lien lorsque résonne à nouveau le même thème musical.

(suite…)

Critique: El Hombre que cuida

Nous aurions pu rédiger cet article en espagnol, langue du film qui nous concerne, mais eu égard à la compréhension de la majorité de nos lecteurs, nous avons décidé de le rédiger dans la langue dans lequel il nous fut introduit, c’est-à-dire en perse :

تصاویر بسیار زیبا، حال و هوای فیلم خوبه ولی متاسفانه به اندازه ی کافی داستان هیجان انگیز نیست. لحن حرف زدنت رو دوست دارم.

(suite…)

Politique, t’es foutue, la jeunesse est dans la rue

Pour ce nouvel article, LAPSUS CALAMI est en colère. Dans ce troisième épisode, il s’agira du combat que la jeunesse a décidé de mener dans les rues: sauver le monde sur lequel nous espérons tous encore avoir un avenir ! (suite…)

Quand le FIFF nous touche en plein coeur

Un coup de poing qui livre au jour le jour le combat d’une jeune femme d’exception, Khatera. Un film qui suit pas à pas, avec une pudeur et un tact déconcertant, le long du chemin de cette femme afghane vers la reconnaissance de son statut de victime dans une société conservatrice et patriarcale. Une femme qui se soulève et brise la loi du silence.

(suite…)

Ouvrir la voix…

La 33ème édition du FIFF – Festival International de Films de Fribourg – a fait le choix, à travers la section Décryptage, de se focaliser sur une problématique sociétale cruciale du 21ème siècle : la place des femmes noires dans la société. 15 films africains et internationaux respectant les mêmes valeurs : le respect de la femme, de la couleur ou de la femme noire, ont été sélectionnés par les 16 comédiennes ayant co-écrit Noire n’est pas mon métier aux Editions du Seuil. Un livre qui dénonce les discriminations et clichés racistes dont elles sont victimes en tant qu’actrices, mais aussi en tant que femmes.

Coup de projecteur sur l’un des 15 films, La Noire de… qui a été poursuivi par une table ronde avec 6 écrivaines de Noire n’est pas mon métier.

(suite…)