FriScènes: Le bon côté des choses – Critique

Spectacle le plus primé du festival, justifié?

22553085_10154671652081315_6334549459107978677_o

La troupe parisienne Chaos Léger nous présentait vendredi 13 octobre Le bon côté des choses, une adaptation de Talking heads d’Alan Bennett. Écrits pour la BBC en 1993, cette série de monologues suivaient quatre personnages en proie à leurs troubles intimes enrobés dans un humour tout britannique. Les héros de cette comédie grinçante sont « une femme de vicaire qui déplore le monde hypocrite dans lequel évolue son époux, une actrice qui aligne les mauvais rôles, une femme solitaire qui noie sa révolte dans des courriers et un vieux garçon perdu dans les jupes de sa mère ». Cette adaptation était en compétition.

Les histoires s’entrecroisent sans jamais fusionner. On suit ainsi la femme de vicaire dépitée par sa situation et ses contradictions qui trouve refuge dans les bras d’un épicier hindous. L’actrice passe un casting pour un projet quelque peu grivois et tente avec toute sa bonne volonté de construire un rôle en dépit de sa fonction de femme-objet. La femme solitaire, rigide et froide espionne tout l’immeuble et le voisinage et s’échine à faire régner l’ordre par biais épistolaire. Le vieux garçon de son côté supporte très mal la nouvelle relation amoureuse qu’entretient sa mère.

La mise en scène et la scénographie sont signées par Laurent Abecassis. Et c’est avant tout son travaille que je souhaitais relever : on assiste à une véritable danse scénographique. Les quelques éléments de décors (portes, chaises, table) parviennent à nous faire voyager d’un appartement à l’autre, d’un lieu à l’autre dans une fluidité souple et vivante. Chorégraphiées avec une précision horlogère, les transitions ne laissent aucune place au temps mort : tout s’enchaîne avec brio.

Très vite en recevant le jeu des comédiens, j’ai eu une crainte : celle de voir le jeu presque farcesque s’épuiser et devenir agaçant, surfait. Il n’en est rien. Ce jeu n’est autre que l’incarnation des masques sociaux qui peu à peu s’effritent pour révéler chez chacun le drame social qui les ronge. Tous cependant ne s’inscrivent pas dans le même registre, dans la même intensité de burlesque. Celui-ci est par exemple très poussé chez la femme solitaire. Mais elle manie avec autant de virtuosité le « masque » que la sincérité quand celui-ci est tombé. Lorsqu’elle parvient à rire pour la première fois à la fin de la pièce, on est conquis. Le vieux garçon met également beaucoup d’implication dans la caricature, mais est assez peu nuancé et les moments d’émotions en sortent plus fades. De son côté, L’actrice de seconde zone – et je parle bien du personnage – Parvient à nous faire transmettre sa détresse à travers son sourire. Ce n’est pas par hasard si Valérie Hahn qui jouait la femme de vicaire a obtenu le prix de l’interprétation féminine. Son sens du comique et sa capacité à nous faire parvenir son désarroi étaient ton bonnement impressionnants.

Trois autres comédiens donnent corps à l’entourage des protagonistes, notamment le vicaire, la mère de vieux garçon et le technicien de tournage. Leurs interprétations étaient parfois maladroites dans la caricature, mais toujours assumées. Cependant Il étaient la plupart du temps très juste à la fois dans l’excès et la simplicité. Mention spéciale à Luc Brasset (la mère du vieux garçon) qui nous offre une incarnation très convaincante et qui lui vaudra le prix d’interprétation masculine.
Non content de repartir avec les prix d’interprétation féminine et masculine, la compagnie Chaos léger obtient également le prix de la meilleure pièce et le prix du public, soit quatre des six prix remis au total par le festival. Un succès mérité pour ce spectacle drôle et émouvant, pleins de belles surprises.

Pour terminer et pondérer mon propos, je rappelle que cette critique n’engage que ma subjectivité personnelle sur une seule représentation d’un spectacle vivant.

Sylvain Grangier

Crédit photo: Julien James Auzan

22424201_10154671651981315_7625116493602611609_o

22459470_10154671651896315_3301160268133712954_o

Majestuosité et tourment

Quelques jours après avoir visionné Sarah joue un loup-garou, je dois avouer qu’il m’est encore difficile de trouver les bons mots pour en parler.

(suite…)

Le jury du FIFF prime l’ambitieux Black Level

Les résultats des différents prix de cette 32e édition du FIFF sont tombés! L’occasion pour l’équipe d’Unimix revient sur les longs métrages en compétition qui ont marqué leur festival. (suite…)

Enchantée, Monsieur Kane

Citizen Kane - Crédits : FIFF2018

Citizen Kane – Crédits : FIFF2018

 

Au programme de la 32ème édition du Festival International de Films de Fribourg, le grand classique Citizen Kane a attiré les foules jeudi après-midi à l’Arena.

(suite…)

Sur la carte de Ken Loach : The Golden Dream

Poignant, émouvant, parfois même révoltant ! Trois mots qui pourraient décrire concisément The Golden Dream, premier long métrage de Diego Quemada-Diez, ancien technicien de Ken Loach. C’est avec une certaine réjouissance que nous nous sommes confortablement installées dans l’Arena 5 pour visionner ce film dramatique hispano-mexicain.

(suite…)

Ken Loach, toujours aussi rassembleur au FIFF 2018

Non content de gratifier la 32e édition du FIFF de 5 films qu’il chérit, Ken Loach était présent à Fribourg lundi 19 mars pour une Masterclass. En près d’une heure de discussion, le réalisateur de 82 ans a répondu avec verve, humour et à grand renfort d’anecdotes aux questions d’un public conquis. (suite…)