FriAir 2017, anecdotes du vendredi soir

Unimix a eu la chance d’être invité au FriAir 2017 : on vous livre nos impressions sur le festival, heure par heure, comme si vous y étiez…

18h00 : Il était une fois, au FriAir…

(Maxime) Je croise Blenda, un peu par hasard, sur le Boulevard de Pérolles. On s’était dit qu’on arriverait vers 18h au Centre Fries, mais une suite d’évènements, que je suis dans l’incapacité de comprendre, nous ont fait nous rencontrer une dizaine de minutes avant l’heure fatidique. Je porte mes lunettes de soleil que je n’avais plus mises depuis quelques semaines en raison de la météo.

(Blenda) Après quelques difficultés à mettre nos bracelet-tickets, nous entrons dans le FriAir. La cour du centre Fries est méconnaissable. Un stand d’empreinte sur la santé sexuelle nous accueille et, en face, une boutique éphémère de seconde main se tient sur un carré de jardin. Le mélange crée un espace décalé et surprenant.

Une fois dans l’enceinte du Fries, on se dirige vers un bar pour prendre à boire, et on se pose derrière le public de la grande scène pour écouter le concert, aux annonces bilingues, qui se joue devant nous. On croise quelques connaissances, on discute, on rigole.

Très vite, les effluves de nourritures chatouillent mes narines : à notre droite se trouve, dans l’ordre: l’antre de l’absinthe (elle ne se mange pas, même si pour certains cela reste à vérifier), un espace à raclette, les meilleures Injera au monde (et à un prix incroyable de 8.- en soutenant l’association La Red ou 6.- pour une assiette normale), ainsi que le stand à pizza cuite par un samouraï dans un four artisanal.

18h20 : Premières aventures

Charlotte Grace nous reconnaît et, suite à nos embrassades, on se promet de se revoir pour une bière à la fin du concert de son groupe. Nous nous dirigeons vers la grande scène, où Mihaly Flow nous entraîne sur des sonorités passant du blues au rock, jusqu’à la folk.

Le groupe Mihaly Flow sur la grande scène

Le groupe Mihaly Flow sur la grande scène

 

C’est à ce moment que mon amie, Maeva, me présente à l’un des personnages phares de toutes les animations culturelles fribourgeoises : Xavier. Il porte un T-shirt jaune, customisé au festival même par le screen printing. Il sera notre « Charlie » de la soirée, sauf qu’il est bien plus facile à trouver dans la foule.

19h00 : Concert attendu de Charlotte Grace

“Le prochain groupe, c’est un groupe de Suisse et ça c’est bien, on est local…”

L’homme au t-shirt jaune introduit Charlotte Grace sur un ton très humoristique. On s’infuse des sons du groupe indie et de la voix de la chanteuse. Le sourire candide du batteur nous désarme.

Je reste debout avec mon ami Joe, une bière à la main, et me laisse bercer pendant l’heure suivante par les musiques envoûtantes du groupe. De temps à autre, je lâche un regard sur le Nouvel Hotel, caché derrière les arbres. L’air se rafraichit, mais l’ambiance du festival nous réchauffe.

Concert de Charlotte Grace  sur la petite scène

Concert de Charlotte Grace sur la petite scène

 

20h00 : Casser la croûte quand d’autres se cassent la voix

On craque pour une petite pizza au feu de bois. On attend un certain temps, mais comme on n’en manque pas, on accepte notre situation avec le sourire. Pizza en main, je me dirige vers les canapés et fauteuils placés dans le fond du jardin. La nuit tombe, les gens discutent tout autour de nous, un groupe se déchaîne un peu plus loin sur la grande scène. On se sent à l’aise, vraiment bien.

20h40 : « 7 ans d’études au conservatoire » pour une performance atypique

On se faufile sur le devant de la petite scène pour danser sur Les routes à Baga. Quand, soudain, Xavier se met aussi à danser une valse endiablée juste devant nous. On ne l’a pas vu arriver, ni repartir quelques minutes plus tard. À un moment donné, Etienne, le tromboniste du groupe, nous offre une performance surprenante: il joue de son instrument avec ses pieds, pour notre plus grand étonnement.

21h30 : A l’intérieur du Fries

Un groupe de la Red se bouge au rythme de la musique qu’ils ont fait jouer. On les rejoint avec Blenda, sourire aux lèvres. Le FriAir, c’est pas seulement dans le jardin de la maison pour les concerts : il s’installe dans tous les recoins du Fries. Juste à côté, un tournoi de ping-pong sauvage s’organise.

22h00 : Last but not least concert de la soirée – Sprechen Sie Allemand ?

Notre trio se déplace  à nouveau vers la grande scène. Nous évitons soigneusement le joyeux pogo qui se déroule à l’avant du public. Mais nous restons assez proche pour ressentir la folle énergie  du chanteur Mal Élevé, membre du groupe Irie Révoltés. Il passe allégrement de l’allemand au français, le tout en rappant. Sans vraiment avoir compris comment cela s’est produit, nous sommes devenus Antifascistes, et scandons à tue-tête « anti-fa 4 ever »!

Je porte ma veste depuis un moment déjà, mais je décide d’aller chercher un thé pour me réchauffer encore un peu. Je me place au fond de la grande scène, et regarde d’un oeil distrait le dernier concert. S’il y avait pas eu la fête d’Unimix le jour d’avant, je me serais volontiers jeté en plein milieu de la foule en criant des slogans contestataires. Mais là, tout en sagesse, je préfère hocher de la tête en rythme. Le concert se termine gentiment. Et la fatigue qui se manifeste dans mes bâillements incessants me conseille de retourner gentiment chez moi. De toute manière, je reviens demain. Et j’espère un peu ne pas y croiser la pluie. 

Le lendemain, je constate que c’est raté : la pluie n’a pas manqué son invitation VIP pour le festival. 

Blenda Akimana & Maxime Ryser

 

 

Affiche du FriAir 2017

FriScènes: Petit boulot pour vieux clown – Critique

Quel cirque!
(suite…)

FriScènes: Le bon côté des choses – Critique

Spectacle le plus primé du festival, justifié?
(suite…)

FriScènes: Novecento – Critique

Seul en scène maritime – Hors-Compétition

(suite…)

Rock Oz’Arènes – Mercredi 9 août 2017

Phanee de Pool

C’est une nouvelle aventure qui a commencé à moins dix, un onze du neuf, devant l’éternel mémorial annuel des tours jumelles qui se faisaient la belle. (suite…)

Rock Oz’Arènes du 9 au 12 août 2017

33204_default_landscape

 Programmation

Après avoir fêté dignement ses 25 ans l’année dernière, Rock Oz’Arènes revient cette année avec une programmation des plus alléchante. Parmi les artistes présents lors de cette 26e édition, on peut nommer entre autres les français Patrick Bruel, Cali, No One Is Innoncent, Jain et Claudio Capéo. (suite…)