Festival Bach: Bach & Zelenka I: Motets, Cantate & airs sacrés – Critique

Ils mettent « la Bach très haute »

Il est 20h30 à la cathédrale de Lausanne en ce vendredi 2 novembre alors que les spectateurs, nombreux à ce concert d’ouverture, entendent les échos des musiciens de l’ensemble nuovo barroco qui s’accordent. Les premiers interprètes de la 21e édition du festival Bach de Lausanne proposent, outre des pièces instrumentales de Bach et de Zelenka, des œuvres vocales avec la voix du contre-ténor Max Emanuel Cenčić. Lyrisme et beauté mélodique au rendez-vous !

L’ensemble nuovo barroco sous la direction de son violoniste Dimitris Karakantas se montre capable de tenir en haleine le public pendant tout un mouvement de concerto par son sens dramatique. Les nuances travaillées, les phrasés lyriques, et une sensibilité particulière à l’ambiance générale des œuvres : c’est à couper le souffle. Le concerto pour hautbois et violon en ré mineur de Bach parvient à laisser bouche bée les auditeurs grâce à un dialogue entre le violon de Dimitris Karakantas et le hautbois de Bettina Simon saisissant. Cette dernière mérite une mention spéciale grâce à son jeu versatile, tantôt langoureux, tantôt espiègle, qui capte l’attention.

Il est regrettable néanmoins, que certaines transitions peu soignées viennent tacher cette idylle. Karakantas semble tyrannique dans sa direction et force le pas, si bien que son ensemble peine à suivre, semant, ainsi, la confusion lors des passages à de nouvelles sections au sein d’un mouvement. Un défaut qui ne gâche en rien le plaisir général de la soirée, d’autant plus que le mariage entre l’orchestre et la voix de Cenčić est un succès. Là aussi, un dialogue sort du lot, mais cette fois-ci entre la flûte et la voix du contre-ténor dans l’agnus dei de la Missa divi Xaverii de Zelenka. Les deux se répondent et se lamentent en symbiose parfaite. Très réussi !

Cenčić quant à lui, est juste et impressionnant dans les airs sacrées de Il Serpente di Bronzo et Gesu al Calvaro. Cependant il ne fait pas l’unanimité à son entrée avec la cantate Widerstehe doch der Sünde de Bach. Bien qu’agréable grâce à la beauté de sa voix, les airs semblent manquer de conviction. Le feu d’artifice explose au motet Barbara dira in effera. Le contre-ténor brille, soulevé par un orchestre tempétueux. Virtuose et beau à la fois.

Voilà une soirée qui promet une suite de festival attrayante! Nuovo barroco est un excellent choix d’ouverture, surtout dans la cathédrale de Lausanne où les pizzicati des cordes sonnent comme des gouttes d’eau dans une grotte. La voix de Cenčić : cerise sur le gâteau !

Raphael David Eccel

Crédits titre MMU

Crédits photo: Droits réservés

Dimitris Karakantas

Dimitris-Karakantas-325x325

Estival Open Air

L’Estivale Open Air boucle sa 29ème édition avec le sourire (suite…)

[MJF 2019] – Jeudi en compagnie de Lizzo – Blenda

Il y a quelques semaines, je suis allée voir le concert de Lizzo pour le compte d’Unimix au Montreux Jazz Festival 2019, en compagnie de Sam Smith et Shania Twain – certes nous ne sommes pas arrivés ni repartis ensemble mais nous respirions le même air durant quelques heures, donc techniquement, oui j’étais en leur compagnie!  (suite…)

[Paléo 2019] Mes premiers Paléos – Sandrine

On se souviendra toujours de notre premier Paléo. Les premières joies du camping, se faire voler sa chaise ou se faire réveiller par un Valaisan relou qui gueule dans son megaphone. Retour sur mes premiers Paléos ; attention racontage de vie en vue.

(suite…)

Paléo 2019 – Compte-rendu – Mardi et Mercredi – Sylvain

Le paléo est lancé ! Compte-rendu de Sylvain pour ces deux premiers jours sous le cagnard.
(suite…)

[Paléo 2019] Le Teas’ avant la tise – Marion

Amies et amis du Paléo, vous n’aurez pas fini de courir durant cette semaine qui s’annonce bien remplie. Un programme musical alléchant vous a attiré sur l’énorme plaine? Regardons de plus près certaines festivités que propose la 44ème édition du Paléo, toujours plus fun et folle.

(suite…)