Festival Bach: Bach & Zelenka I: Motets, Cantate & airs sacrés – Critique

Ils mettent « la Bach très haute »

Il est 20h30 à la cathédrale de Lausanne en ce vendredi 2 novembre alors que les spectateurs, nombreux à ce concert d’ouverture, entendent les échos des musiciens de l’ensemble nuovo barroco qui s’accordent. Les premiers interprètes de la 21e édition du festival Bach de Lausanne proposent, outre des pièces instrumentales de Bach et de Zelenka, des œuvres vocales avec la voix du contre-ténor Max Emanuel Cenčić. Lyrisme et beauté mélodique au rendez-vous !

L’ensemble nuovo barroco sous la direction de son violoniste Dimitris Karakantas se montre capable de tenir en haleine le public pendant tout un mouvement de concerto par son sens dramatique. Les nuances travaillées, les phrasés lyriques, et une sensibilité particulière à l’ambiance générale des œuvres : c’est à couper le souffle. Le concerto pour hautbois et violon en ré mineur de Bach parvient à laisser bouche bée les auditeurs grâce à un dialogue entre le violon de Dimitris Karakantas et le hautbois de Bettina Simon saisissant. Cette dernière mérite une mention spéciale grâce à son jeu versatile, tantôt langoureux, tantôt espiègle, qui capte l’attention.

Il est regrettable néanmoins, que certaines transitions peu soignées viennent tacher cette idylle. Karakantas semble tyrannique dans sa direction et force le pas, si bien que son ensemble peine à suivre, semant, ainsi, la confusion lors des passages à de nouvelles sections au sein d’un mouvement. Un défaut qui ne gâche en rien le plaisir général de la soirée, d’autant plus que le mariage entre l’orchestre et la voix de Cenčić est un succès. Là aussi, un dialogue sort du lot, mais cette fois-ci entre la flûte et la voix du contre-ténor dans l’agnus dei de la Missa divi Xaverii de Zelenka. Les deux se répondent et se lamentent en symbiose parfaite. Très réussi !

Cenčić quant à lui, est juste et impressionnant dans les airs sacrées de Il Serpente di Bronzo et Gesu al Calvaro. Cependant il ne fait pas l’unanimité à son entrée avec la cantate Widerstehe doch der Sünde de Bach. Bien qu’agréable grâce à la beauté de sa voix, les airs semblent manquer de conviction. Le feu d’artifice explose au motet Barbara dira in effera. Le contre-ténor brille, soulevé par un orchestre tempétueux. Virtuose et beau à la fois.

Voilà une soirée qui promet une suite de festival attrayante! Nuovo barroco est un excellent choix d’ouverture, surtout dans la cathédrale de Lausanne où les pizzicati des cordes sonnent comme des gouttes d’eau dans une grotte. La voix de Cenčić : cerise sur le gâteau !

Raphael David Eccel

Crédits titre MMU

Crédits photo: Droits réservés

Dimitris Karakantas

Dimitris-Karakantas-325x325

Quand l’Ukraine est à l’ouest

Bienvenue dans l’absurde de Roman Bondarchuk. Projeté au FIFF dans la compétition internationale, le film « Volcano » séduit par sa sincérité et les interrogations constantes qu’il nous provoque. En effet, à l’exception des trois acteurs principaux, le casting est uniquement composé d’authentiques villageois ce qui lui confère un caractère populaire.. en soi, même l’acteur principal, Sergiy Stepanskiy, est ingénieur du son à la base. L’imagerie est méticuleusement travaillée pour un rendu esthétiquement agréable, en contraste avec un message sous-jacent beaucoup moins plaisant. La scène d’introduction, par exemple, filme en plongée totale un paquebot rouge cuivre pendant une durée indéfiniment longue. Une prise de vue bien travaillée qui mène à une incompréhension dès le début, d’autant plus que ce même bateau n’apparaît plus de tout le film. Ce n’est que lors de la scène finale, elle aussi d’une beauté visuelle à couper le souffle, qu’il est possible de faire un lien lorsque résonne à nouveau le même thème musical.

(suite…)

Critique: El Hombre que cuida

Nous aurions pu rédiger cet article en espagnol, langue du film qui nous concerne, mais eu égard à la compréhension de la majorité de nos lecteurs, nous avons décidé de le rédiger dans la langue dans lequel il nous fut introduit, c’est-à-dire en perse :

تصاویر بسیار زیبا، حال و هوای فیلم خوبه ولی متاسفانه به اندازه ی کافی داستان هیجان انگیز نیست. لحن حرف زدنت رو دوست دارم.

(suite…)

Politique, t’es foutue, la jeunesse est dans la rue

Pour ce nouvel article, LAPSUS CALAMI est en colère. Dans ce troisième épisode, il s’agira du combat que la jeunesse a décidé de mener dans les rues: sauver le monde sur lequel nous espérons tous encore avoir un avenir ! (suite…)

Quand le FIFF nous touche en plein coeur

Un coup de poing qui livre au jour le jour le combat d’une jeune femme d’exception, Khatera. Un film qui suit pas à pas, avec une pudeur et un tact déconcertant, le long du chemin de cette femme afghane vers la reconnaissance de son statut de victime dans une société conservatrice et patriarcale. Une femme qui se soulève et brise la loi du silence.

(suite…)

Ouvrir la voix…

La 33ème édition du FIFF – Festival International de Films de Fribourg – a fait le choix, à travers la section Décryptage, de se focaliser sur une problématique sociétale cruciale du 21ème siècle : la place des femmes noires dans la société. 15 films africains et internationaux respectant les mêmes valeurs : le respect de la femme, de la couleur ou de la femme noire, ont été sélectionnés par les 16 comédiennes ayant co-écrit Noire n’est pas mon métier aux Editions du Seuil. Un livre qui dénonce les discriminations et clichés racistes dont elles sont victimes en tant qu’actrices, mais aussi en tant que femmes.

Coup de projecteur sur l’un des 15 films, La Noire de… qui a été poursuivi par une table ronde avec 6 écrivaines de Noire n’est pas mon métier.

(suite…)